Forum RPG dans l'univers de D-Gray Man ! Rejoignez les exorcistes, les akumas ou les noah et venez combattre dans un immense bain de sang !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 James Alexander [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James Alexander
Compatible
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 24
Localisation : Entre ciel et terre

MessageSujet: James Alexander [Terminé]   Lun 14 Mar - 1:02

Votre Personnage

Papiers, S.V.P :


"Cesser d'avancer c'est creuser sa tombe"

Nom : Alexander
Prénom : James
Surnom(s) : Un surnom qu'il semble partager avec un ennemi, pour son plus grand déplaisir... le lien
Sexe : Masculin
Age : 21 ans
Origine : Américaine, Floride
Camp : Neutre
Rang : Exorciste
Orientation Sexuelle : Demandez lui donc, il sera ravi de vous le montrer... ou pas.


Dis moi qui tu es { Je te dirais qui tu hait }

Description physique


Du haut de son mètre quatre vingt il tente avec plus ou moins de succès de se fondre dans la masse, plus grand que certains, moins que d'autre, il faut le penser en termes personnel et non en termes communs... et après tout chaque personne est unique non ?

L'américain n'a pas à rougir face à d'autres représentant masculin, il entretient son corps avec sérieux, autant par soucis de sa santé que par ce que sa condition attend de lui. Et oui, exorciste quand le compte fait la chasse aux innocences ça n'a rien d'une sinécure, autant dire qu'être en état de se battre et de résister est devenu une condition sine qua non pour survivre... Certes il ne fait pas de bodybuilding et ne passe pas les trois quarts de son temps à s'entrainer, qui d'un peu sensé ferait une chose pareil d'ailleurs, mais il possède tout de même des muscles, solides, et une certaine endurance et son apparence y gagne du charme, avec sa silhouette bien découpée sans être trop voyante. Il jouit d'un port strict, dos droit, épaules écartées, tête droite, il n'est pas du genre à s'avachir à la moindre occasion même si il a parfois tendance à un peu d'excès, ce qui lui vaux des commentaires peu flatteurs de la part de ceux qui le trouve antipathique.
De même ses gestes sont souvent vifs et secs, aucune langueur ni calme chez lui, il ne perd pas de temps en démonstrations ni en facultatif, il préfère faire les choses vite et bien plutôt que de passer trois ans sur le moindre geste, précision et vitesse voilà ce qu'il préfère, que ce soit un mouvement de la main ou sa démarche, tout en lui suit sa volonté de ne pas perdre de temps.
Et tant qu'à le qualifier de stricte on peut rajouter son goût vestimentaire très sobre et peu voyant, chemises blanches ou noires, pantalons de coupe classiques ou cavalières, bottes ou chaussures de ville en fonction du lieu, une veste et rien de plus, il serait difficile de lui trouver la moindre excentricité de ce coté là, pas de froufrou, pas de couleur vives, rien nada... la seule fantaisie qu'il se permet, si on peut appeler ça une fantaisie, est une chaine discrète d'argent autour du cou et deux bracelets de semblable composition, un à chaque poignet... fantaisie vraiment ? Pour un humain lambda, très certainement, pour tout autre, peut-être pas tant, il s'agit en réalité de la forme non activée de son arme anti-akuma, les chaines du juge, une forme des plus discrète, après tout des chaines en argent il y en a des tas.

Sa peau était autrefois pâle, bien avant qu'il ne décide de prendre le large, en revanche depuis elle ne perd plus le ton mat et légèrement cuivré de ceux qui passent leur vie sous le soleil brillant, une peau débarrassée depuis ses 18 ans de son acné et qui a retrouvé une certaine douceur et un grain agréable, malgré les soucis pileux inhérent à sa condition masculine mais aussi d'une série de fines cicatrices irrégulières sur les bras, un souvenir constant de son « cadeau », il ne les cache pas mais ne les montre pas non plus, en vérité il n'a que faire de ce que les autres peuvent déduire de ces marques, lui sais d'où elles proviennent et il les apprécient à leur juste valeur. Une autre blessure apparente mais ,fort heureusement, moins voyante lui marque le flanc gauche, de forme ronde et anciennement profonde elle a pris une couleur plus claire que le reste de son corps en guérissant et forme un cercle sensible et légèrement boursouflé... Il n'a jamais dit à qui que se soit d'où elle venait et n'est certainement pas près de le faire.

Son visage quand à lui est moins intéressant par sa forme générale que par ses expressions, le jeune homme possédant des traits agréables, peut-être légèrement trop fins, une courbe de visage douce mais carrée. A cela s'ajoute des pommettes hautes, un nez légèrement pointu et des lèvres fines qui semble avoir oubliée le rire, passant la moitié du temps pincées et l'autre en un mélange de dégout et d'indifférence... et c'est précisément les expressions les plus courantes chez lui, l'indifférence la plus totale, un visage lisse et sans la moindre expression renvoyant tout vis à vis d'une phrase silencieuse presque gravée dans l'air « Mais qu'est ce que j'en ai a faire ? », l'irritation, l'agacement, pas de colère, jamais une véritable colère, pas physique en tout cas, juste une exaspération ( au mieux ), l'ennui de façon courante, rangeant le monde autour de lui dans la catégorie des farces auxquels il ne goutait pas... dans ses très rares moment de gentillesse et de bonne humeur il arrive parfois à décrocher une expression plus paisible et attirante mais encore faut il qu'il trouve les dispositions pour cet effort surhumain.
Ses yeux céruléens, bleu, mais non d'un bleu terne et clair, bleu profond, calme contrairement au reste de sa personne, ses yeux jettent souvent un regard posé sur son entourage... difficile d'y lire quoi que se soit de ses sentiments, ils en semblent dépourvus à proprement parler, surface lisse qui ne brille pas, ne scintille pas, rendant simplement regard sur regard comme deux blocs. La seule chose que l'on peut aisément tirer de ses yeux c'est un coup d'œil vrillant sur place, un avertissement muet de ne pas approcher à moins d'un mètre. Il arrive cependant que ses pupilles soient à demi dissimulées, à la fois par les lunettes qu'il porte ( quand on est astigmate sans espoir et que le monde à plus de deux mètres de soit se dédouble en cinq presque en permanence il vaux mieux porter des verres et ne pas les retirer ) et par des mèches de sa crinière châtain qu'il refuse obstinément de couper et qu'il s'échine à discipliner un minimum pour éviter de ressembler à une bête sortie des bois après une saison d'hibernation.. malgré ses soins il a dû apprendre à vivre avec des épis et autres petits détails du même genre, les premiers mois passés il s'y est très bien habitué.

Quand au reste, tout ce qui ne se voit pas au premier abord, tout ce qui n'a pas grande importance, la liste est assez longue, il suffit donc de noter le plus important. Pour quelqu'un de pareil caractère il possède une voix fluette, masculine, certes, grave, certes... mais il faut tendre l'oreille pour l'entendre tant il parle bas et ne lui demandait pas de se forcer il parlerait encore plus bas. Ambidextre mais se servant en général de sa main droite, ne désirant pas passer une journée à se demander laquelle choisir, sujet bien trop triviale pour qu'il y perde la moindre seconde... et après tout il était droitier au départ. De même il est piqué de quelques incontournable, comme le fait de glisser une main dans ses mèches dès qu'il se plonge dans des pensées profondes ou de poser une cigarette non allumée au coin de ses lèvres ou encore le fait qu'il penche la tête de coté lorsque quelque chose l'agace particulièrement.


Just look at me, not my body, not my life... just look at what I am... truly...



Description Morale


Adepte de la vie en rose, des câlins et des effusions... passez votre chemin, ceci est une propriété gardée par un chien méchant, très méchant, et cannibale de surcroit... enfin presque.

Ce qui ressort le plus, dans le caractère du sire, c'est son calme, parce que du calme, il en a et pas qu'un peu. Ou du moins, si on ne peut parler d'un calme serein et paisible comme la plupart de ces gentils petits moutons qui n'ont pas la moindre conscience de ce qui se passe ici bas, si du moins il n'a rien d'un petit morceau innocent comme l'agneau qu'on conduit à l'abattoir on peut cependant tout à fait dire qu'il sais se maitriser. Qu'il plonge dans une colère noire, froide et assassine ( encore faut il la provoquer bien entendu mais si on sais où frapper c'est possible ), qu'il soit morose ou même pensif il ne montrera rien, ou pas grand chose, si ça ne lui rapporte rien. Et lorsqu'on participe à une guerre mieux vaux garder le niveau de franchise à son minimum afin de rester en vie... après tout ce n'était pas comme si le camp d'en face n'allait pas s'en servir si on le leur offrait sur un plateau d'argent non ? Alors oui, il est calme, oui il se contrôle même lorsqu'il bouille intérieurement... pour le faire craquer il faut plus que de la motivation et quelques piques bien placées ou, chose jusque là non réalisée, entrer dans ses bonnes grâces.
Peut on le considérer comme un asocial ? Non pas réellement, il ne rejette pas le contact à proprement parler, il n'a rien contre discuter ou interagir avec le reste du monde... être seul est une plaie tout autant qu'une bénédiction, il ne dépend de personne effectivement et matériellement et peut donc faire ce qu'il désire, aller où il le désir, prendre le parti de qui il désir... bref vivre sa vie exactement comme il le désire et il n'est pas prêt à laisser tomber cette liberté, pas même au profit de la congrégation de l'ombre. D'un autre coté être seul signifie personne pour aider en cas de problème, personne pour partager ce qui fait le quotidien et l'humanité, être seul signifie une petite mort, ou du moins c'est ce qu'il pense. Pour lui on vit physiquement, on vit en tant qu'être même lorsqu'on est seul mais on ne vit comme une personne qu'au travers du regard des autres. Et puis après tout... une guerre ça ne se gagne pas seul chacun dans son coin si ? Voilà pourquoi il ne rejette nullement les contacts des autres, ou du moins c'est les raisons qu'il invoque lorsqu'on lui demande, peut-être y en a il d'autres dont il ne parle pas. Toutefois le fait qu'il reste près des autres ne veux pas dire qu'il se mêle à eux ou qu'il s'intègre à quoi que se soit, il aide si il le faut, il accompagne, donne des conseils, en reçoit parfois, prend ce qu'on lui donne et donne ce qu'il veut ou peut donner... mais ça ne va pas plus loin, son cœur appartient déjà à quelqu'un pour son plus grand dam. Son cœur, cela signifie il amour ? Non, il ne croit pas à l'amour avec un grand A et n'a pas encore tenté avec un petit, non si son cœur est prit c'est qu'il a l'intention de retrouver quelqu'un, quelqu'un de spécial, il ne sait pas vraiment pourquoi lui même mais il s'entête.

Un autre trait de sa personnalité quand on y pense, têtu, sacrément têtu même, il ne se laisse pas démonter facilement lorsqu'il a une idée en tête, ah il essaye de plier... un peu... mais c'est souvent pour ressurgir encore plus borné quelques temps plus tard, ceci s'ajoutant à son envie permanente d'avoir raison, il accepte difficilement qu'on le contredise même si il ne deviendra pas violent pour si peu... Il en deviendrait presque énervant, sa maitrise de lui même couplée avec son envie de rétorquer a porté le concept du «  J'ai raison même quand j'ai tord » au rang d'art. Ses mots bien choisis, son ton poli et posé et sa manière de ne jamais abandonné un débat à moins que son vis à vis ne s'en aille lui ont souvent apporter raison, oh bien sûr il ne gagne pas toujours à ce petit jeu, il y a bien des fois où on le fait taire d'une manière ou d'une autre... mais le taux de succès est encore supérieur à celui des échecs alors il ne se remet pas en question.
Si il possède une patience à toute épreuve ou presque, qu'il intériorise totalement les blessures qu'il peut subir, qu'il ne placera jamais un mot plus haut que l'autre... il n'en est pas moins un homme, donc imparfait, donc sujet à des moments de faiblesse et quand il prend trop sur lui en général viens un moment où il ne supporte plus et craque, réagissant de manière excessive pour trois fois rien, sonnant les cors de guerre jusqu'au retour du calme et de l'eau qui dort. Mieux vaux ne pas être en sa compagnie au point d'éclatement à moins de vouloir subir des assauts non mérités. Certes il viendra probablement s'excuser, franchement de surcroit, et essayera de réparer un minimum le mal qu'il aura potentiellement causé... mais pas plus que sa conscience ne le lui suggère, une fois celle ci satisfaite il reprendra sa vie comme avant.

Égoïste ? Pas spécialement mais certainement pas altruiste non plus, il a tout de même une petite tendance à faire passer sa santé avant celle des autres mais après tout... qui ne le fait pas ? Et c'est là l'un de ses incontournables, puisque le jeune homme se méfie de tout et plus particulièrement des motivations des hommes, de son point de vu il y a toujours une raison peu glorieuse aux actions les plus pures, il ne la pointe jamais du doigts bien sûr... ou si peu... mais n'essayer pas de le convaincre que vous faite quoi que se soit uniquement pour le bien du plus grand nombre, il haussera les sourcils et vous lancera un regard lourd de sous entendu. Il ne se crois pas supérieur au reste de l'humanité même si parfois il laisse à penser qu'il pourrait être sur cette pente là, il essaye au maximum de se juger à sa juste valeur, ni plus ni moins, il sais qu'il a des défauts, beaucoup de défauts mais il vit avec, les déclare ouvertement et tant pis si quelqu'un se risque à l'approcher, c'est en toute connaissance de cause qu'il le fait et il ne se tiendra pas pour responsable si il déçoit. Lui même est souvent déçu par son entourage mais peut-être est ce simplement qu'il attend trop de celui ci puisque les rares personnes qui, sans trouver véritablement grâce à ses yeux, sans êtres véritablement des amis, sont des personnes qu'il estime un minimum sont, selon lui, tenues d'être à la hauteur sur certaines choses essentielles, simple question de répartition des tâches après tout non ?

Il ne croit d'ailleurs pas au destin, pour lui si quelque chose arrive c'est qu'il y a une bonne raison et de même pour arriver à un but il faut se donner les moyens de le faire... c'est à la force des bras des hommes, à leur persévérance qu'ils devront tout, ce qui explique certainement qu'il ne baisse jamais les bras devant une tâche, aussi immense soit elle et préfère tenter de trouver des chemins alternatifs pour y parvenir, il a horreur du défaitisme et de la passivité, pour lui cela équivaut à se laisser saigner à blanc, c'est d'ailleurs l'une des seules choses qui peuvent entamer sa patience et il a tendance à ne plus mâcher ses mots devant un flagrant exemple de ce qu'il déteste. Il continuera toujours d'avancer, de se battre, même si il doit abandonner tout ceux qui l'entour pour arriver à ses fins, même si il doit les sacrifier il le fera, à eux de le suivre ou te mourir mais il ne peut porter plus d'une destinée sur ses épaules, il n'est pas fait pour ça et ne le sera jamais et le premier qui tente de lui dire le contraire se verra accueillit comme il convient. Il n'est pas dieu, il n'est pas un guide et certainement pas prêt de croire là dedans même si il conçoit que la religion puisse aider à grandir, comme un chemin ou un tuteur pour des plantes frêles, en aucun cas il ne le voit comme la direction de la vie de qui que ce soit.
Lui convient bien avoir bâtit son être à partir de livres, d'histoires, d'expériences infimes alors pourquoi quelqu'un ne pourrait il grandir grâce à sa croyance ? De là viens l'un de ses maigres points positifs, à savoir sa culture et son intelligence, deux choses différentes mais allant dans le même sens... il possède un esprit vif, éveillé et s'intéresse énormément à la littérature ainsi qu'à la philosophie, à la politique, aux sciences bref tout ce qui peut satisfaire sa curiosité et entrainer ses facultés. De là à discuter culture avec quelqu'un sur le coin d'une terrasse ? Certainement pas, en vérité il a horreur qu'on lui demande d'étaler sa culture et ne le fait jamais de bon grès, pour lui une telle demande signifie immanquablement que la personne ne sait pas elle même, certes chacun à des points forts et des points faibles mais il ne peut s'empêcher d'être agacé, même si il ne le montre pas. C'est un grand perfectionniste qui n'aime pas faire les choses à moitié lorsque l'envie lui en prend et il lui arrive de rester des jours et des nuits entières sur une seule tache afin de satisfaire son besoin presque maladif de faire tout au mieux sans même savoir ce qu'est le mieux.

Pour lui il n'y a pas de demi mesure, soit le travail est parfait et il n'y a rien à dire soit il est raté et c'est de sa faute et il fera tout pour rattrapé l'erreur, Il ne supporte pas que qui que se soit puisse considérer son travail comme médiocre, si il n'est pas capable de briller de bout en bout il refusera purement et simplement de bouger le moindre orteil , il est capable du meilleur et doit faire le meilleur coute que coute. Il apprécie particulièrement son espace vital et voit d'un très mauvais œil une infiltration dans celui ci, notamment les environs immédiats de sa personne sur lesquels il est très chatouilleux ( mais ne sourcillera pas en expulsant les intrus ) et de même ( ou pas ) il n'apprécie pas particulièrement qu'on lui donne des ordres ou qu'on attente à sa liberté, il pliera l'échine pour l'essentiel d'un contrat mais jamais au delà, il a sa manière de faire et de penser et ne tient pas à se qu'on le confonde avec un vulgaire arriviste.

Et dans ce portrait si noir lui trouve on une peur quelconque ? Oui bien sûr, plus d'une même, celle de ne pas savoir se contrôler notamment, peur que l'on découvre ce qu'il pense, peur que l'on s'en serve... il a également peur de perdre son innocence, aussi horripilante puisse t-elle être il y tien, elle garanti sa survie après tout, sans elle il est comme un loup sans ses crocs, comme un serpent sans son venin, comme un akuma sans ses cannons... Il l'a été, une fois, sans défense, face à elle, il n'a plus jamais l'intention de l'être ou du moins pas sans son accord. Il est hydrophobe, ou du moins dans une certaine mesure, après plusieurs tentatives de désensibilisation il s'est avoué vaincu et vit avec, les choses allant tout de même mieux que dans sa jeunesse... il reste tout de même extrêmement effrayé face à l'océan.

Et pour clôturer en beauté ce portrait si gracieux ( n'est ce pas ! ) il reste la partie «  squelette du placard », vous savez, celle dont on ne parle jamais... Qu'est ce que notre jeune ami a à cacher ? Et bien pour commencer... une maladie mentale, ou du moins les prémices. Laquelle dans ce cas ? Et bien la psychose tout simplement, vous savez, cette saleté qui vous fait, entre autre, voir des ennemis partout, qui vous offre de superbe bouffées d'angoisses, une superbe sensibilité nerveuse... enfin pour l'instant il se contente d'un début de paranoïa et de terreur nocturne et c'est bien suffisant. Ensuite, pour mettre un point final à cette série noire, il est bon de noté que le jeune homme développe depuis plusieurs années des tendances masochistes... ne nous étendons pas dessus, il sera toujours temps de connaître le fin mot de l'histoire plus tard.


I'm burning without fire



Pouvoir


Description

Au repos les chaines du juge passent totalement inaperçu, camouflées qu'elles sont en trois chaines d'argent, l'une autour du cou et les deux autres aux poignets. De jolies petites chaines aux maillons délicats en formes de vignes entrelacées, froides au toucher, des ornements que personne jusqu'à présent ne soupçonne de contenir une innocence ( du moins ceux ne l'ayant pas vu l'activer ). Il fait très attention de ne pas les perdre, car si elles passent inaperçus elles peuvent cependant être perdues très rapidement.
Sous sa forme activée l'arme a cependant une toute autre envergure. Composée de trois chaines de la taille d'une corde, deux d'entre elles enroulées autour de ses bras ( d'où les marques que ceux ci portent, résultat du frottement constant des chaines durant les rixes ), la dernière lui enserrant le cou, position dangereuse mais nécessaire. Les chaines des bras possèdent chacune une tête changeante, pouvant au besoin se solidifier en une pointe acérée ou en un crochet, celle du cou plus brillante, est à demi évanescente afin de ne pas lui couper le souffle. Les joies d'une arme de type équipement...


Capacités

Dieu a il le sens de l'humour ? Parfois faut croire que oui... ou du moins James en est convaincu, lui, en vivant son quotidien d'exorciste libre affublé d'une innocence tournée vers le soutient alors qu'il est profondément indépendant. Mais passons...

Chacune de ses trois chaines possède une raison d'être spéciale et liée aux trois niveaux de l'humain : corps, cœur et esprit. La chaine du corps, ou chaine de la lune, permet, lorsqu'elle est activée, d'agripper ou de percer les énergies ( innocence comme antimatière ) et de les déplacer pendant de courts instant... de quoi rediriger une attaque ou même voler une prérogative. La chaine du cœur, ou chaine des étoiles, permet, une fois activée, de créer une barrière dure comme le roc pour protéger son porteur et les abords de celui ci ( rayon d'un mètre maximum, jamais atteint à ce jour ), l'énergie se rependant entre les anneaux d'innocence. Enfin la chaine de l'esprit, quand il l'active, permet de régénérer l'énergie ou le corps d'un autre exorciste, au détriment de la sienne bien entendu. Toutes trois sont extensibles.
Il est clair que l'activation des trois chaines en même temps est impensable à moins d'un taux de résonance parfait, taux qu'il ne possède pas et malgré le fait qu'il s'agisse d'une seule et même arme. Dans ses moments de grande forme il peut en utiliser deux, et encore durant peu de temps, l'utilisation prolongée de plus d'une chaine provoque une paralysie musculaire semblable à celle du tétanos, plus la durée d'utilisation s'allonge et plus la zone paralysée est grande. Enfin, quoi qu'il se passe et peu importe la manière dont il utilise son arme il subira immanquablement des hallucination pendant plusieurs jours.




Raconte moi ton histoire { je l'inscrirais dans la terre et les etoiles }

On dit qu'au moment de mourir on voit sa vie défiler sous ses yeux... je crois... que c'est vrais... sinon comment expliquer ces images ?


Il avait mal, terriblement mal, une douleur qu'il n'avait jamais ressenti auparavant, une douleur comme personne ne devrait en expérimenter en ce monde... en cet instant il avait perdu sa superbe et son attitude si précautionneusement mise en place depuis si longtemps, quelqu'un pouvait il ressentir pire douleur ? En son état normal il aurait dit «  oui évidemment » mais il ne l'était pas, en vérité il ne savait pas qui il était, ce qu'il était, la raison de sa présence ici... toutes ces informations lui glissaient entre les doigts et il s'en moquait totalement... tout ce qui comptait pour lui c'était que cesse cette intolérable douleur, qu'on le délivre, par la mort ou la guérison peu importait, n'importe quelle fin aurait été la bienvenue pour son esprit au supplice. Pourtant il refusait d'en finir, refusait d'abandonner, sa conscience déchirée en deux ajoutait encore à sa douleur en un crescendo de hurlement silencieux qui menaçait de le faire imploser... Il aurait voulut mourir, il aurait voulut crier grâce et peu importait le reste mais il en était totalement incapable, il ne pouvait s'y résoudre et même si il avait été capable de se décider sa voix semblait l'avoir quitté. Lentement il ouvrit les yeux, tournant légèrement la tête de coté pour observer aux travers de ses prunelles voilées par la douleur le visage de son bourreau, le geste, si simple et infime, lui expédiant une décharge douloureuse le long de la nuque et jusque dans le dos tandis qu'une chaleur fiévreuse inondait son crâne et ravivait la nausée qu'il pensait avoir réussit à contenir. Son souffle rauque et irrégulier brisait le silence comme un grondement, glissant hors de ses lèvres sanglantes pour maintenir ce qui lui restait de vie mais là encore le geste ne venait pas sans son quota de douleur et du sang frais s'écoulait des plaies de son torse, l'air frais irritant de même sa tranchée brulante et sa gorge muette qui refusait toujours de le laisser exprimer ce qu'il ressentait. Le moindre de ses muscles était tendus, ses nerfs ne cessaient de le tourmenter... à tel point d'ailleurs qu'il aurait tout donné pour une bonne dose de morphine, de quoi saturer ses synapses et lui permettre de penser clairement un instant. L'autre ne semblait pas bouger, attendais elle qu'il meure ? Ou était ce autre chose ? La chaine peut-être, la chaine qui pendait toujours près de lui, scintillante comme la lumière au dessus de la mer, la chaine étoile qu'il avait précipitamment activé lorsqu'elle l'avait pris par surprise... elle le protégeait toujours, fidèle au poste, fidèle à lui, elle ne décevait jamais mais... il cracha un peu de sang et se crispa en essayant de se relever, ses maigres forces lui suffisant à peine pour osciller là, pas pour le maintenir debout... il n'avait pas le choix, il fallait qu'il désactive cette chaine, la sensation de la paralysie commençait déjà à se faire sentir, si son corps ne le lâchait pas d'un instant à l'autre l'innocence s'en chargerait lorsque la paralysie atteindrait son cœur. Ironie. Elle souriait tandis qu'il frémissait comme un animal entre les crocs d'un prédateur, il n'y faisait presque plus attention, vraiment, pas dans un moment pareil mais ce sourire là le brula comme un fer chauffé à blanc, elle savait pertinemment, ce qu'il avait put être bête... Dommage que le pouvoir de remonter le temps ne soit pas en sa possession, il aurait au moins changé cela si non le reste, qu'elle idée de parler franchement à cette gamine, il n'était pourtant pas aussi stupide d'habitude, pourquoi fallait il justement que ce soit son seul instant de faiblesse qui lui coute tant... mais non, c'était justement pour cela, c'était sa punition... Il ferma les yeux, crispa ses doigts sur la terre qui le retenait et se résigna, désactivant l'auréole argenté qui le nimbait depuis sa chute... quelques secondes passèrent, il perçu un mouvement à ses cotés et se prépara à partir...

***

James Alexander, James... fils unique de la famille Alexander, renommé dans le monde des affaires Américaine, une famille richissime qui avait pourtant du mal à se créer une descendance, car après tout la nature ne s'achetait pas n'est ce pas ? Il naquit sous le soleil de Floride au mois de Juin, sa mère ayant quitté la demeure de New York pour un lieu plus clément et plus à son goût. Sa naissance comme ses premières années se firent sans la moindre anicroche, petite chose pétillante et choyée il se voyait couvrir de mille et une attention, de cadeaux plus somptueux les uns que les autres, en vérité... de tout ce qu'on pouvait imaginer pour un petit bout d'homme en croissance. A L'âge de dix ans il fut placé dans une école privée sur la volonté de ses parents...


La pièce était grande, bien trop grande pour lui, elle nanifiait tout ce qui entrait en elle. Il n'aimait pas cette pièce, comme il n'aimait pas le lieu en lui même, il était rempli de ce genre de pièce, même les placards semblaient surdimensionés. Mais c'était bien cette pièce là la pire... La porte d'entrée était faite de bois, lequel il n'aurait pas été capable de le dire, peut-être de l'ébène ou du cèdre, il n'avait pas vraiment étudié ce genre de chose mais sa mère était tellement folle de bois de toutes sortes qu'il avait tout de même quelques notions, glanées à l'occasion de ses expéditions curieuses dans le jardin de sa génitrice. Elle possédait deux battant aux ornements dorés, filigranes, gravures et loquet, tous d'un or sombre et passé, donnant l'impression d'être là depuis des décennies, grande et large elle pouvait laisser passer un wagon de train lorsqu'elle était grande ouverte... elle lui faisait un peu peur, l'impression d'une bouche béante pour un enfant était trop forte pour être ignorée. Et le reste de la pièce ne dépareillait nullement, vaste comme un bal, large, les murs arrondis en de gracieuses courbes dont le but évident était de créer une atmosphère protectrice, comme dans un œuf, un effet nullement atteint de son point de vue de petit garçon ayant du mal à tenir debout lorsqu'il les observaient. Le mobilier précieux était assortit, tables et chaises tout comme les armoires et les bibliothèques, tout était arrondi, ovale ou couvert d'arabesques et de volutes, tant et tant que la vue s'y confondait en une joyeuse masse d'entrelacs qui semblaient à l'œil non habitué se mouvoir, un effet d'optique des plus désagréable. Et si le sol n'était pas atteint par cette folie des courbes il offrait tout de même un superbe exemple de mauvais effet, avec le médaillon de pierre en son centre et ses gravures sur bois représentant des scènes fantastiques... et les couleurs n'arrangeaient rien, de l'or, du carmin... il avait la singulière impression d'être enfermé dans un four bizarre. La première fois qu'il l'avait vu il avait paniqué, malgré ceux qui l'entourait, malgré l'assurance que rien de mauvais ne s'y trouvait, il n'avait pas réellement peur, pouvait on seulement connaître la véritable peur dans un environnement pareil ? Non en vérité il avait juste une grande appréhension et l'impression diffuse que cette salle n'était pas si innocente qu'elle en avait l'air. L'intendant chargé de lui faire visiter en avait rit, lorsqu'il le lui avait dit mais c'était, étrangement, un rire qui n'atteignait pas ses yeux et le petit garçon ne pouvait que se demandait pourquoi et comment. Il n'avait plus rien dit après ça, et qu'aurait il put dire alors que tous étaient logés à la même enseigne, que tous semblaient trouver parfaitement normale la bâtisse... Il baissa la tête et fit semblant de ne plus lui trouver quoi que ce soit d'étrange, il n'en pensait pourtant pas moins et chaque fois qu'il était contraint d'y entrer, et ce trois fois au minimum par jour, il ne pouvait retenir un léger frisson et une grimace. Il préférait être à l'extérieur, le grand jardin, si grand qu'il couvrait plusieurs hectares, était une joie qui compensait amplement la pièce et il déplorait de ne le voir souvent qu'au travers de la vitre d'une fenêtre. A peine plus de six mois s'étaient écoulés depuis qu'il était arrivé et il savait qu'il devrait rester là pendant un certain temps, combien était encore flou dans son petit esprit mais c'était si lointain qu'il en soupirait déjà... si seulement il avait simplement put laisser passer jour après jour dans une joyeuse routine, mais cette damnée pièce brisait son élan chaque fois qu'il la voyait, si elle avait été une personne sans doute aurait il dit qu'elle le narguait. était ce donc son imagination ?

Son éducation, si chère aux cœurs de ses parents, prenait au fil des mois une tournure assez désagréable, non seulement ce qu'on lui enseignait lui était totalement indifférent malgré la bonne volonté qu'il mettait à essayer de s'y intéresser, avec pour première raison qu'il devrait assumer les fonctions de son père à sa mort. Plus les jours passaient et plus il établissait ses « horaires d'ennuis » comme il se plaisait à les appeler, partageant son temps entre les cours en compagnie de jeunes de son âge aussi sages que des images, à l'éducation parfait et aux manières déjà digne du monde où il avait eu le bon goût de naitre et de professeurs qu'il soupçonnait fortement de se gaver de balais avant de leur rendre visite tant ils paraissaient engoncés et raides... Pendant trois ans il vécut dans cette prison dorée avant qu'il ne se décide enfin à remédier à cet état d'inertie trop sucrée à son goût.


Il soupira, lourdement, chassant l'air de ses poumons et ployant légèrement avant d'inspirer de nouveau en se levant. Le tissu émit un léger froufrou lorsqu'il bougea et se froissa, un gouffre sur cette surface nette et sans un pli, il se tourna, mu par la force de l'habitude acquise durant ces trois années passées à devenir un héritier digne de ce nom. Avec une légère grimace d'agacement il lissa de nouveau le couvre lit et faillit succomber à l'idée de replonger sous les draps... un moment de flottement durant lequel il contempla l'idée et ses conséquences, échafaudant déjà un plan pour expliquer son absence à l'exercice matinal avant de secouer furieusement la tête, faisant voler ses mèches par la même occasion. Deux pas en arrière et un coup de peigne plus tard il ouvrit la fenêtre pour laisser passer l'air frais et encore humide de rosée, respirant pleinement le parfum d'herbe qui montait vers lui... c'était la seule chose agréable dans cette prison et pourtant celle à laquelle il n'avait droit qu'avec parcimonie et souvent mille et une paroles destinées à le faire rentrer le plus vite possible. Le jeune homme abandonna son poste près de la fenêtre pour enfiler une veste et ramasser ses effets nécessaire à la leçon du matin... son regard s'égara de nouveau, vers un petit tas d'objets hétéroclites qui trônait sur sa commode comme des trésors sortis des sables. Cadeaux reçus lors de son dernier, bref, séjour dans la maison familiale de Floride, il n'avait put échapper à l'obligation de les emporter alors que son seul souhait été de les abandonner sur place... Cela faisait après tout un an qu'il avait cesser d'apprécier de telles marques d'affections, certes elles avaient de la valeur et il ne crachait pas dessus, bien trop conscient que c'eut été de l'ingratitude et du gâchis mais il aspirait, au fond, à bien autre chose que des babioles et avait essayé tant et plus de le faire comprendre à sa mère sans effet notable. Il en avait conçu un tel agacement qu'il avait décidé de rentrer une semaine plus tôt que prévu sur le domaine de l'école, et cela même si ça se traduisait par la contrainte de voir 'la salle' une semaine supplémentaire Au final c'était lui le perdant, il fallait bien l'avouer et cela même si il avait fini par se décider à mettre à profit l'acharnement de sa génitrice, après tout si il ne pouvait l'empêcher de l'ensevelir sous les présent autant que se soit des présents utiles, des ouvrages par exemples ou des activités en plus de son éducation. Cette dernière solution ayant en plus le mérite de le faire sortir de la propriété de l'école en plus de lui donner l'occasion de s'amuser. Au souvenir de ces résolutions il se fendit d'un sourire affecté et sortit à grand pas sans même fermer la porte à clef, il n'en avait pas besoin, il n'y avait jamais de vol ici, les habitants avaient tout ce qu'ils désiraient d'un claquement de doigts alors pourquoi voler ? L'escalier et le couloir furent avalés rapidement et il se dirigea vers le hall principal en jetant des coups d'œil... Il s'était habitué à l'endroit mais conservait tout de même son scepticisme sur certaines choses, un scepticisme dont il ne se dépatirait certainement jamais. Et à vrais dire il détestait de plus en plus la pièce, même si son malaise initiale se transformait en quelque chose de moins visible et de plus profond au fur et à mesure qu'il vivait avec mais également qu'il apprenait à cesser de montrer ouvertement de qu'il pouvait penser. Une forme attira son regard, plantée dans l'encadrement de la bibliothèque commune... le sourire ne lui plut pas, en revanche ce qui se reflétait dans ses yeux avait de quoi lancer son imagination au triple galop. Il bifurqua et rejoignit l'autre garçon à pas pressés, l'observant avec un mélange d'interrogation et d'amusement tandis que son vis à vis sortait de sa poche un petit collier d'argent terne, du type de ceux que portait sa mère, élégant et attirant son œil...

Lorsqu'on subit une situation à plusieurs il est tout de suite plus aisé de supporter. Ainsi il prit enfin pied dans cette société miniature qu'était le domaine, il eu du mal, à approcher cet autre qui pour lui ne représentait pas plus que le domaine en lui même,à peine plus intéressant, étranger, mauvais... pourtant du moment où ils se rencontrèrent sur le pas de la bibliothèque son jeune compagnon ne semblait pas décidé à lâcher prise. Il le suivait partout,lui proposait des activités, l'engageait en discussion... il n'avait plus une minute de paix jusqu'au moment où il se décida enfin à se laisser convaincre et entra dans le jeu, entra dans la danse, se laissa entrainer dans le courant de ce qu'on appel communément les relations sociales. Il n'aimait pas le contact, il le comprit bien vite, la plupart des autres lui était indifférent ou franchement agaçants... mais lui c'était différent, sans être particulièrement sympathique il le mettait à l'aise et parvenait à passer outre le chantier de barrière que le jeune homme s'évertuait à élever autour de lui. Cette proximité lui fit prendre conscience de la nécessité d'interagir avec les autres même si il en avait horreur, il adopta donc une attitude plus souple tout en conservant intérieurement ses convictions... Et scella son amitié avec celui qui lui avait servit de passerelle, de meilleur cœur qu'il ne l'aurait admit lui même et l'autre le savait très bien. Et comme preuve de cette amitié il lui offrit l'ensemble de chaine d'argent qui avait attiré son attention, les lui glissant avec un sourire malicieux... «  Elles te vont mieux qu'à moi ».]


Il examinait une situation qu'il hésitait encore à qualifier... Ses ancêtres avaient bien œuvré pour la prospérité de leur descendance et en outre ses parent avaient eu le bon goût de n'avoir que lui pour enfant et, comble d'élégance, de mourir jeunes. Cet heureux événement avait fait de lui un rentier immensément riche et c'était exactement le problème. A ses 16 ans il avait réalisé combien cette situation lui était insupportable, il étouffait dans un cocon et ne supportait plus de savoir son avenir régler comme du papier à musique : éducation impeccable, direction de la banque familiale, épouse choisie parmi les douze ou quinze lignées ayant de bons partis, nuée d'enfants et de petits-enfants à Noël, retraite dorée aux Bahamas jusqu'à une mort médicalisée, veillée par de jolie infirmières compatissantes et dévouées. L'enfer devait ressembler à ça. En réaction à ce futur désespérant il s'était consciencieusement fait exclure de tous les pensionnats dans lesquels on l'avaient envoyé pour parfaire son éducation, en parallèle son besoin d'excitation n'avait cessé d'enfler... Il avait d'abord pris la forme d'une montagne d'excès de tout poils, aidé en cela par ses « amis » de même acabit, sous la forme d'un club restreint de jeunes hériter aux poches bien remplies et au sens du droit plutôt restreint. Il avait cependant vite remplacé ces plaisirs communs par le frisson du danger permanent et pour l'obtenir rien ne valait une descente vers les bas fonds. La joie de marcher en permanence au dessus du vide l'avait accompagné pendant près de deux années avant l'arrête brutal et le grand tournant que sa vie se voyait subir... il y avait d'abord eu un premier avertissement quand il exerçait ses talents dans l'est de l'Europe, la disparition de son intermédiaire favori ne l'avait pas vraiment inquiété mais cette erreur ne lui était pas apparue avant qu'on ne retrouve ce qui restait de l'homme ( un tronc déchiqueté ) dans une décharge moscovite. Il avait alors compris que quelque chose avait mal tourné et en avait eu l'appréciable confirmation quand il avait reçu la visite d'un tueur à la solde d'un concurrent plus retors que lui... Il se souvenait encore clairement du canon du pistolet sur sa tempe et le frisson glacé qui l'avait envahit en regardant la mort en face, il se souvenait d'avoir fermé les yeux, en proie à une pression terrifiante, ses nerfs semblant parcourus par des ondes de douleur... il se souvenait de bruit caractéristique d'un coup de feu et de la décharge qui avait bondit le long de sa colonne vertébrale alors qu'un coup d'une force redoutable l'envoyait à terre. Lorsqu'il ouvrit à nouveau les yeux, l'esprit brumeux et le corps tremblant, un coup métallique dans la bouche... un corps inerte gisait près de lui et il mit quelque seconde à comprendre qu'il s'agissait du tueur qui avait tenté de mettre fin à ses jours... le voile brillant devant lui n'aidait ni aux mouvements ni à la vision, il se sentait comme transformé en statue de plomb et n'arrivait pas à former plus de deux pensées cohérentes l'une après l'autre. En tentant de se relever il pris conscience du poids qui pendait à son cou et agrippa sa gorge d'une main, toussant furieusement tandis que le flux d'énergie continuait de se déverser hors de la chaine qui ornait sa peau. Une peur panique l'envahit...
mais c'était l'euphorie qui l'emportait.

Il mit plusieurs semaine à appréhender ce qui venait de lui tomber dessus et presque le quadruple pour en comprendre le sens, avec l'aide d'un membre de la congrégation de l'ombre. Innocence, Akuma, le Comte, les armes... il avait encore du mal à y croire parfois, il ne lui était pas aisé d'être ainsi plongé dans un monde comme celui là alors qu'il avait toujours cru l'existence si simple. Et le pire était très certainement la demande de la congrégation de rejoindre ses rangs... l'idée tenait d'une autre dimension bien entendu et la simple outrecuidance de la lui formuler l'avait agacé prodigieusement. Il fallait avouer qu'il se remettait seulement de sa valse avec la mort et n'avait nullement l'intention de recommencer... Il s'esquiva rapidement, loin de Moscou, avec l'intention de retrouver la seule personne à laquelle il aurait raconté une chose pareil. Karl Einheart, propriétaire de la fondation du même nom et ancien détenteur des trois... de la... de SON arme anti-akuma, avait il sut ? Il en doutait, un enfant ne pouvait pas savoir ça à moins d'être lui même impliqué. Il fallait qu'il tire cela au clair et le plus vite possible, la situation l'exigeait, pensait il alors que son moyen de transport cahotait dans la direction de Paris...


***

Il n'avait pas eu conscience de s'être évanoui, pourtant lorsqu'il rouvrit les yeux il était clair qu'il ne se trouvait plus dans les ruines qui avaient vu son combat acharné contre la noé. Il faisait chaud et un coup d'oeil dans la pièce lui appris qu'il se trouvait confortablement installé dans un lit moelleux, lui même niché au cœur d'une chambre à l'aspect victorien... il avait toujours mal et ne pouvait bouger les jambes mais il était vivant, un miracle auquel il ne s'attendait nullement après la Bérézina qu'il avait subit... quand était ce d'ailleurs, il n'en avait plus le moindre souvenir. Tout ce dont il se souvenait clairement c'était d'avoir désactivé son innocence et d'avoir attendu la mort, le sourire de la fille imprimé au fer rouge dans son esprit. Comment avait il atterrit en ce lieu et pas dans un cimetière il ne savait pas et en était réduit à faire des suppositions, la plus conséquente d'entre elle portant le nom d'un certain gentleman Allemand qu'il risquait fort de tancé vertement lors de leur futur rencontre. Celle ci ne serait certainement pas longue à advenir puisqu'un examen rapide des lieux et une longue connaissance de l'animal lui apprirent qu'il se trouvait bien dans le manoir de province du financier. Il retomba mollement sur ses oreillers en fixant le plafond... maintenant qu'il était sauf son exécrable caractère revenait au galop de même que sa capacité à analyser une série d'évènement, il avait été stupide et niais et il s'en voulait terriblement, n'ayant pas la moindre excuse pour expliquer cet intolérable manquement. Mais plus que tout il s'en voulait des sentiments ambivalents qui l'assaillaient lorsqu'il tentait de se remémorer son combat contre elle...

La mort est une amie dangereuse, son passage laisse plus d'une trace... mais plus tragique encore ceux qui demeurent et se questionnent...



Hors RPG :

Code :OK by Axaël

Prénom : Manon
Age 18 ans ( *voix de Zarakai* et demi... )
Points Positifs du forum : Le design très sobre, la clarté ( Halléluia enfin un forum qui prend mes petits neurones en pitié )
Points Négatifs : Alors là sur le coup aucune idée @_@ ptet le bas de la page principale, à coté des personnes connectées sous 24h, y a l'air d'avoir un bout de design flottant m'enfin c'est pas la mort. Pour le reste il faudra que je m'immerge longuement pour trouver. D'entrée de jeu c'est dur de porter un jugement ^^
Comment avez vous connu le forum ?! : euh... recherche web il me semble ^^
Avez vous des suggestions à faire pour améliorer le site ?! : je me le permettrait une fois que j'y aurais passé quelques temps ^^
Commentaire :beuh alors... Patapay, pas de camisoles, pas d'araignées... beaucoup de pamplemousses, de calamars, de morses et de babouches et de yaoi.... Non plus sérieusement, ceci est mon premier forum sur un univers manga/ série existante... etc, je ne sais pas si je m'y prend bien ou pas, dans le doute j'ai pris la bonne vielle méthode du «  je me lance et on verra », je suis timide ( si si je vous jure ) au début mais je suis a enfermer une fois lancée ^^'
En détail plus technique... j'ai grandis avec deux langues cotes à cotes donc je suis un peu fâchée avec le français mais je corrigerais diligemment tout ce qui n'ira pas. Euh.. wala je pense que c'est tout pour le moment *s'enfuit avant que le bâillon n'arrive et se planque en attendant les foudres divines *

PS : j'espère ne pas mettre une semaine sur l'histoire puisqu'il ne me manque que ça x_x
PPS : La mise en page n'est pas définitive, je mettrais ça correctement en dernier o/


Dernière édition par James Alexander le Dim 20 Mar - 0:05, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stoney Fox
Admin
avatar

Messages : 256
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: James Alexander [Terminé]   Lun 14 Mar - 21:41

Bienvenue ! Jolie fiche en tout cas, et de ce que j'en ai lu, j'ai pas vu de fautes (et pourtant je suis doué pour les débusquer, tu demanderas a Tiky). Bref, bonne chance pour ta fiche.

(P.S. Je vois pas l'image de ton perso juste au dessus de la devise, mais après ça vient peut être de moi, mon pc a quelques problèmes avec Servimg.)


Parce qu'un akuma aussi génial mérite bien quelques accords ♫


L'equipe administrative décline toute responsabilité en cas de blessures physique ou morale. Merci de votre comprehension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: James Alexander [Terminé]   Lun 14 Mar - 22:48

Bienvenue \o/ En effet, jolie fiche ^^. Mais moi non plus je ne vois pas l'image =/
Revenir en haut Aller en bas
Tasuku
Admin
avatar

Messages : 613
Date d'inscription : 12/11/2010
Localisation : A proximité du bain des femmes

MessageSujet: Re: James Alexander [Terminé]   Mar 15 Mar - 1:32

Bonjour et bienvenue! Un personnage génial, dis-moi?
J'adore ce genre de mecs^^
Tout va bien pour le moment.
Un second exorciste itinérant... hum,hum: Prêtre recrute! Vous vous engagez, nous nous engageons!*distribue des brochures du Saint Ordre des Alkystes*
Joli avatar, au passage(oui, je sais, c'est juste une image sans même un cadre, mais elle à la classe, et la classe, c'est important)
Bonne continuation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Alexander
Compatible
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 24
Localisation : Entre ciel et terre

MessageSujet: Re: James Alexander [Terminé]   Sam 19 Mar - 23:40

Merci à tout les trois ^^
Et bien voila j'ai finis ma fiche ! et en moins d'une semaine ( bon à un jour près mais on va pas le mentionner ) xD

*attrape la brochure et s'assoit pour lire en attendant la sentence* x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stoney Fox
Admin
avatar

Messages : 256
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: James Alexander [Terminé]   Dim 20 Mar - 20:52

Bon, j'ai pas grand chose a dire, quelques fautes d'orthographes, mais c'est corrigé. Voila ta première validation !


Parce qu'un akuma aussi génial mérite bien quelques accords ♫


L'equipe administrative décline toute responsabilité en cas de blessures physique ou morale. Merci de votre comprehension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Alexander
Compatible
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 24
Localisation : Entre ciel et terre

MessageSujet: Re: James Alexander [Terminé]   Dim 20 Mar - 22:37

Merchi *_*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cementary
Admin
avatar

Messages : 139
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 21
Localisation : Hum... Mettons que je suis entre le nord et le sud de la droite vers le milieu de la gauche. Mais plus au centre.

MessageSujet: Re: James Alexander [Terminé]   Mar 22 Mar - 21:06

Ex-ce-lente fiche. J'ai rien à dire à part des compliments xD Je te valide sans hésiter ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dgm-roleplay.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: James Alexander [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

James Alexander [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Pour de vrai ou pour de faux ? [Isaac ft. ALexander] [Terminé]
» Présentation de Alexander Connely (Terminée)
» Alexander J. Loyd [Terminé]
» (terminé) | Remettre les pendules à l'heure du Préfet En Chef... Lily & James
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D-Gray Man RPG :: To Know You :: Présentation :: Présentations Validées-