Forum RPG dans l'univers de D-Gray Man ! Rejoignez les exorcistes, les akumas ou les noah et venez combattre dans un immense bain de sang !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hel, la Fille des Enfers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Hel, la Fille des Enfers    Dim 13 Mar - 23:51

Votre Personnage

Papiers, S.V.P :


«  Aucun perdant, aucun gagnant. Juste un amer goût d'insatisfaction. »

Nom : Worlmist
Prénom : Hel
Surnom(s) : La lectrice du Rejet
Sexe : Féminin
Age : Quinze ans
Origine : Nordique
Camp : Alkystes
Rang : Saint Ordre des Alkystes - Colonel, et chef de la division de la bibliothèque de Shanghai... C'long à écrire, je sais xD
Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle


Dis moi qui tu es :

Description physique :
Derrière ton masque...
Ferme les yeux. Ecoute-moi juste. Sa silhouette s'avança doucement vers toi, pas à pas, d'une démarche assurée et pourtant fragile, sa silhouette brumeuse, ses longs cheveux et son sourire si distinct. Ce sourire, qui cache de nombreuses cicatrices. Ce sourire, qui est si charmant, attrayant que tu en oublies le mensonge. Et ce sourire, ce sourire qui a été meurtri par les horreurs de la science, détruit par la cupidité des humains, malmené par l'hypocrisie des autres. Mais tout cela, elle le cache très bien. C'est une splendide actrice, et ce contre son gré.

Premièrement, elle est svelte. Mince, bien formée, tout ce que vous voulez. Elle avoisine les 1m66, ce qui est ni trop petit, ni trop grand pour une jeune fille. Autrefois, elle était bien plus petite, et cela la complexait légèrement. C'est après ses douze ans qu'elle a subitement grandie, pour ensuite ralentir doucement dans sa croissance. Elle n'est plus préoccupée par sa taille, mais par son « régime ». Miss ne veut pas devenir grosse, mais pas maigre. Elle veut être dans le juste, avoir une taille de guêpe. Elle espère que sa poitrine n'a pas fini de se développer, car son maigre bonnet B l'inquiète. Elle trouve ça un peu « petit ». Avoir un D serait trop, surtout pour sa taille moyenne, mais elle ne refuserait pas un C. Le seul bémol étant que, cherchant tout le temps à surveiller sa ligne, elle reste comme elle est. Et il est bien connu que c'est en « exagérant », que l'on augmente l'envergure de sa poitrine.

Deuxièmement, sa chevelure. Ouh. Le cauchemar de Hel. Ses longs cheveux soyeux, lisses, aux reflets azurés. Ca, c'est l'apparence extérieure. Derrière se cache des heures perdues dans le bain, à les soigner, les brosser soigneusement, les bomber de lotions diverses et variées. Se dérobe aussi des moments de souffrances intenses, à essayer de les démêler ou bien de les dompter. Une mèche qui rebique ici, une couette mal attachée, la frange rebelle qui est trop longue, un paquet de cheveux qu'on a oubliés de compter dans la coiffure, bref, que des problèmes. Evidemment, viennent après les compliments et les demandes de conseils. Ca fait toujours plaisir quand, avec un petit sourire à la fois exaspérée et fière, on se remémore la bataille gagnée.

Ensuite, son visage. Son joli visage, abimé par l'usure. Un teint de porcelaine, qui souligne avec insistance les grosses cernes sous ses yeux d'opale. Ces dernières s'étant dessinées peu à peu, au fur et à mesure que Hel se détruisait intérieurement. Des lèvres blêmes, légèrement sèches mais aguichantes, où elle applique toujours un baume soignant. Son ossature, un peu plus maigre que la normale, accompagnant son manque de vivacité et sa lassitude. Son nez, droit et fin, qu'elle réfugie souvent dans son écharpe de laine. Ses yeux, ornés de longs cils, vifs et pourtant dénués de joie de vivre. Ses paupières, souvent fermées à demies, lui donnant un petit air asiatique. Ses sourcils, dessinés parfaitement, clairs et fins. Elle a un adorable visage, si ce n'est que la fatigue lui rajoute deux, trois années de plus qu'elle en a réellement. Et malheureusement, ses marques la suivront toute sa vie.



Description Morale :
« Alors, souris. Amuse-toi, profite de ta vie, et laisse tes problèmes de côtés... »
Oui, tout aurait été si simple... Et la jeune adolescente sourit, un sourire faux qui sonne creux, mais qui est suffisant. Toujours ces lèvres joyeuses saluant tout le monde, toujours cette bonne humeur qui remonte le moral aux autres, toujours cette tristesse si bien cachée.
Hel est « heureuse de vivre ». Hel « n'a pas de problèmes ». Hel, c'est le bonheur incarné... Mais Hel, c'est aussi une splendide actrice, qui est la plus douée lorsqu'elle en vient à cacher ses blessures et cicatrices du passé. Jamais elle ne partage rien, jamais elle ne s'extériorise, et jamais elle ne fait confiance.
Complétement meurtrie, détruite, traumatisée, la lectrice ne sait plus la signification des sentiments. Elle sait juste que en paraissant contente, personne ne s'inquiète ni ne s'apitoie sur son sort. Et cela, ça lui va. Elle qui n'a jamais connue « l'affection », ça lui convient. Elle n'a juste pas envie d'être trahie, d'être déçue, ou même d'être encore persécutée. Elle veut juste vivre tranquillement, même si cela signifie mener une vie solitaire.
Fervente adepte de la lecture, elle préfère leur compagnie à celle des êtres humains. Eux, « ils sont silencieux ». Eux, « ils sont silencieux et m'écoutent ». Mais eux, ce ne sont que des morceaux de papiers rédigés par les hommes. Des lettres balancées en l'air, parfois cherchant à faire passer un message. Hel n'y prend jamais. Mais elle aime s'enfermer dans son monde, vivre l'histoire avec les personnages, s'imaginer chaque détails que l'auteur mentionne plus ou moins implicitement, et partir dans son monde. Aucun besoin d'être sociable. Juste besoin d'être là...
« Chut... » La parole est sacrée. Hel, elle s'était déjà faite frappée pour avoir dit un mot de trop. Alors , la jeune fille s'est tue. Depuis cette époque jusqu'à maintenant. Elle sait parler, avec sa petite voix aiguë. Mais elle a peur d'en dire plus que ce qu'elle ne voulait. Alors, l'adolescente se tait, choisissant soigneusement ceux à qui elle daigne adresser quelques petites phrases.
« Puisses-tu m'accorder ta miséricorde, Toi qui ne m'a pas jugée digne... » Malgré toutes ses histoires, malgré tout ses malheurs, elle est restée bonne croyante. Elle croit en l'Eternel, elle croit au Salut, et prie pour chaque action qu'elle fait, mauvaise ou bonne. Elle se recueille aussi, demandant le pardon de ses pêchés...
« ...Et ce, même si tout semble retourné contre toi. »

Pouvoir : Aucun pour le moment /


Racontes moi ton histoire :

    Histoire : Dans l'effrayante et sombre salle, la petite enfant frissonnait. Le froid gris des murs et sa peur s'étaient confondus. Tout était brouillé, juste cette étrange et attirante lumière aux reflets verts qui la terrifiait tout en la fascinant. Ce petit éclat fantomatique posé devant ses yeux, tenu par les mains imposantes d'un inspecteur aux airs sérieux. Trop sérieux. Tout en lui effrayait l'enfant. Ses sourcils froncés, ses yeux qui l'observait avec intérêt, son expression immuable. Elle voulut s'enfuir, courir n'importe où, du moment qu'elle pouvait sortir de cet endroit glauque.

    « Prête? »

    Non. Non. Non! Rien qu'au ton de sa voix, elle sursauta. Des larmes apparurent aux coins de ses yeux fatigués, ses petites lèvres se retroussèrent, et son visage devint plus pâle que celui d'un mort. A chaque fois, elle souffrait. Son corps se tailladait de lui-même, rejetant cette « chose » inconnue. Elle le savait, elle, qu'elle n'était pas élue. Mais l'adulte ambitieux s'en fichait bien. Il ne s'agissait pas de sa vie après tout. Et pour lui, seul importait l'augmentation du nombre dans ses rangs. La Guerre était aux portes, elle avait été choisie, il fallait qu'elle soit honorée. C'était ce qu'il lui répétait à chaque fois, comme pour convaincre autant sa personne que la compatible. Mais elle, elle ne comprenait juste pas. Ce n'était pas qu'elle refusait. Juste qu'elle ne comprenait rien de tout ça...

    « Allez-y. »

    Elle serra sa lèvre inférieure si fort qu'elle saigna, laissant le liquide disparaître en gouttelettes au sol. Les hommes et femmes en blouse la tinrent fermement, et la panique parcourut tout son visage. Les pupilles dilatées, la bouche grande ouverte, les larmes coulèrent à flots. Elle supplia, hurla, se débattit mais rien ne fit broncher l'inspecteur. Il donna l'étrange lumière à un être encore plus étrange, et fit signe aux scientifiques d'avancer le sujet d'expérimentation. Mais la jeune enfant ne se laissa pas faire. Elle cria, les priant pour un peu de miséricorde. Pour seule réponse, ils détournèrent les yeux. Les yeux maintenant emplis de haine et de désespoir, elle ne réagit pas lorsque la « personne » nommée Hevlaska la prit doucement. Sans même lui accorder un regard, elle porta son attention vers son futur supplice. Tout était de sa faute. Cette lumière offerte par Dieu, qui ne l'avait pas acceptée. La Gardienne appuya l'objet de convoitise sur le front de l'enfant. Cette dernière hurla avec toutes les capacités de ses poumons, des douleurs lui parcourant tout son maigre corps. Les larmes fusèrent, et les convulsions suivirent. L'inspecteur se délecta du spectacle, un air insatisfait sur le visage. Il ne broncha pas non plus lorsque Hevlaska lui pria d'arrêter cet acte insensé. Il lui ordonna froidement de continuer, tout en demandant pour le taux de synchronisation.

    « Son taux est inférieur à 10%! Nous devrions arrêter, ou nous risquons de la perdre!
    - Seuls sont qui s'accrochent peuvent devenir des élus. Continue!
    - Mais...
    - Je t'ai ordonné quelque chose! »


    La gardienne jeta un regard triste à la jeune rejetée, qui n'en pouvait plus. Des coupures apparaissaient sur son corps, elle était en train de perdre conscience. Malgré les ordres, elle s'arrêta sous le regard furieux de l'adulte au coeur de pierre. Elle posa la mi-inconsciente au sol, et reprit l'Innocence. L'inspecteur, bien qu'agacé, ne dit rien et ordonna aux scientifiques de ramener l'enfant dans sa chambre. Ils s'exécutèrent.

    ***

    Elle ouvrit avec difficulté ses paupières. L'air était lourd, sa respiration était lente et courte. Ses yeux étaient encore rougis par les larmes et ses lèvres étaient douloureuses de ses hurlements. Son corps entier semblait s'écrouler, son esprit s'était déjà rompu. Et au plus profond d'elle, elle était frustrée. Tellement frustrée de ne pas être digne. L'Innocence ne l'avait pas acceptée, cette fois comme les autres. L'Eternel ne la jugeait pas apte à recevoir sa bénédiction. Certains auraient été heureux de ne pas être choisis. Mais pour l'enfant, c'était impardonnable. Elle n'était même pas capable de se synchroniser avec une lueur, qui pourrait apporter le salut à bien des âmes.

    Les poings fermement serrés, des larmes de frustrations naquirent aux coins de ses yeux. Que lui manquait-il? Que n'avait-elle pas que les autres élus avaient? Pour son cerveau d'une fille de six ans, c'était juste trop compliqué. Elle s'en voulait pour tout. Pour son impuissance, pour sa honte, et surtout pour le fait d'avoir peur de ce « cadeau ». Elle le savait au fond d'elle, elle ne pouvait juste pas se résoudre à souffrir en silence. A chaque fois, et elles étaient nombreuses, elle fuyait devant cette lumière, devant cette arme. Et c'est en sanglot qu'elle quitta sa chambre, dans sa chemise de cobaye usée.

    Elle observait les lieux, avec ses petits yeux encore brumeux. Le visage maigre, les traits fatigués, elle pouvait facilement deviner la pitié dans les yeux de ce qu'elle croisait. Elle ne s'en préoccupait pas. Elle pensait ne pas mériter cette pitié, c'était sa faute si elle était aussi incompétente. Alors elle marchait, les pieds nus gelés par le froid du parquet sombre. Errant dans tout ces couloirs qu'elle avait pris le temps de connaître, elle arriva devant une porte qu'elle connaissait très, voire trop, bien. C'était celle qui séparait le côté « lumineux » de celui « ténébreux ». Derrière cette entrée se cachait les expériences que l'on infligeait aux futurs élus. Nombre de fois où elle avait voulu faire demi-tour, prise en proie par une peur soudaine, la peur de souffrir. Elle soupira, posant ses petits doigts sur le bois travaillé. Rien. Juste un petit frisson, du à la froideur de la porte. Et pourtant, des bruits l'attirèrent. Des voix, dont le sens des paroles échappait à la Rejetée. En collant son oreille sur la porte, elle finit par réussir à tout décrypter.

    « Rien n'y fait. Elle n'est pas compatible...
    - Essayons encore! Elle manifeste un utile don, imaginez si elle pouvait utiliser une Innocence? »
    La petite reconnut la voix de l'inspecteur. Ce fut ensuite un des scientifiques présents lors de ses expérimentations qui prit la parole:
    « Son seul point fort est que sa mémoire est implacable.
    - Notez tout de même que pouvoir retenir le contenu d'un livre en ne l'ayant lu qu'une seule fois est formidable.
    - Intégrons-la dans la section scientifique! Elle y sera d'une grande aide!
    - Elle le sera encore plus si elle peut se synchroniser.
    - … Quelle est son nom déjà?
    - Quelque chose comme « Hel ». »


    Entendre son nom de la bouche de l'inspecteur la fit frémir, pour ne pas dire paniquer. Il sonnait si mal, comme une condamnation. Le plus effrayant fut lorsque le dialogue se stoppa, et qu'elle entendit des bruits de pas venir vers la porte. Son corps entier tressaillit. Il fallait qu'elle parte, qu'elle courre loin et vite. Mais trop tard, déjà l'adulte ouvrait la porte. Un sourire indescriptible aux lèvres, il regarda Hel avec les yeux emplis de malice. Les larmes vinrent de nouveau couler sur le visage de l'incompatible, qui s'imaginait les pires horreurs. Il approcha sa main de son visage, et elle plissa les yeux en priant pour que rien ne lui arrive. Malheureusement pour elle, l'inspecteur lui saisit avec violence son poignet et l'emmena à l'intérieur de la pièce, sous le regard surpris des hommes en blouses. Il la balança au sol, et lui dit avec dureté:

    « Tu tombes à pic, Hel. Nous allons de nouveau essayer de te synchroniser. Fais un effort, ce n'est pas si douloureux... »

    ***

    Juste un vide, un silence. Dans la salle, fermée par quatre murs grisâtres et angoissants, qui n'était autre que sa chambre, elle était là, affalée contre le mur. Les mains posées lourdement sur le sol, les jambes étendues, sa tête penchant sur le côté, ses yeux fixaient un point vague. Elle essayait de se rappeler qu'est-ce qu'elle venait faire ici en premier lieu. Mais rien ne lui venait en tête. Elle essayait alors de réfléchir à pourquoi on l'avait amené ici. Pour lui faire subir des expériences toutes plus douloureuses les unes que les autres, à vrai dire. Enfin, la chose qui l'inquiétait le plus. Qu'allait-elle devenir, elle, l'incompatible inutile? Elle fermait ses paupières, des tas de questions auxquelles elle n'aurait pas de réponse, jusqu'à ce que ceux au dessus aient pris les décisions.

    Et, pris d'un instant de folie, l'idée de partir lui traversa l'esprit. Elle n'avait rien à gagner, et bien moins à perdre. Et pourtant, une chose la retenait ici. L'Innocence. Cet objet, offert par le Tout-Puissant, désiré de tous mais obtenu uniquement par les élus. Elle voulait faire partie de ces êtres sacrés, pas de ceux indignes de l'effleurer. Mais encore une fois, un engrenage manquait au bon fonctionnement de la chose. Elle n'arrivait pas à s'en convaincre, mais elle n'avait pas les qualités requises pour devenir un Apôtre. Il lui manquait un petit quelque chose, et ce dernier faisait toute la différence.

    C'est ce qui la décida à finalement partir.

    Elle n'hésita plus, réunissant le peu de ses effectifs personnels et mit le tout dans un sac. Quelques vêtements, un peu de nourriture et un collier qui avait toujours été à son cou, voilà ce qu'elle avait. Elle échafaudait déjà son plan d'évasion selon l'architecture du bâtiment, qu'elle avait retenue du premier coup. Elle avait n'avait seulement que six maigres années derrière elle, son intelligence rivalisait déjà avec celle d'un stratège. Et c'est grâce à cela que le soir venu, elle put s'échapper par le fenêtre sans se faire repérer.

    ***

    Elle courrait à en perdre haleine. Les bruits de pas étaient derrière elle, et ils ne cessaient de se rapprocher. Ses petits pieds nus, écorchés par les brindilles et cailloux du sol boueux, n'arrivaient plus à tenir l'allure. Elle savait qu'ils ne tarderaient pas à la rattraper. Et là, ils l'achèveraient sûrement. Il fallait donc qu'elle courre, quitte à en perdre son souffle. Elle ne voulait juste pas mourir.

    Elle prit la résolution de monter dans un arbre, en espérant qu'ils ne la trouvent pas. Elle s'empressa d'en trouver un qui était accessible, et monta à toute vitesse, se coupant et s'abimant ses mains. Une fois arrivée sur une branche la cachant par son feuillage touffu, elle retint son souffle. L'oeil alerte et pourtant fatigué, elle jeta un regard en bas. Ils étaient juste là, comme des chiens de chasses à l'affut de toute piste. En sueur, au bord de la crise, elle fit du mieux qu'elle put pour retenir ses larmes. Il ne fallait pas qu'elle se trahisse. Sa vie en dépendait. L'un des hommes jura des tas d'insultes, ce qui fit sursauter Hel. Un des compagnons de l'homme lui dit qu'il était trop tard, qu'elle devait avoir fui depuis et être bien loin. Frustré, il frappa un coup sec sur le tronc de l'arbre. L'incompatible se tint fermement, priant pour qu'elle soit épargnée. Résignés, les poursuivants disparurent dans les pénombres de la forêt, laissant l'enfant seule. Elle ne descendit pas pour autant. Ils pouvaient réapparaître à tout moment. Elle s'endormit donc sur une branche de l'arbre, frigorifiée mais heureuse. Tout simplement heureuse.

    A l'aube, un faible rayon de lumière se posa sur les yeux de Hel. Elle ouvrit doucement ses paupières, les plissant à cause de la lumière soudaine. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait plus vu le soleil, une lumière qui n'est pas artificielle. La vue la fit sourire. Elle venait de passer la nuit la plus perturbante de sa vie, et elle ne serait pas prête de l'oublier. Maintenant, il fallait qu'elle trouve un endroit où elle pouvait se réfugier. Elle ne savait pas où, mais elle trouverait. Et c'est avec cette pensée qu'elle descendit avec prudence de son perchoir, le sourire aux lèvres, et, l'espérait-elle, un nouvel avenir devant elle.

    ***

    Ce nouvel avenir, elle l'a finalement trouvée. Bien du temps a passé depuis son histoire avec la Congrégation. Hel est dorénavant une adolescente de quinze ans en parfaite santé, si l'on met de côté toutes ses cicatrices et blessures internes. Pour comprendre, il suffit de remonter un peu dans le temps...

    « Peu de temps après sa fuite, l'enfant avait vagabondée de villages en villages, en espérant trouver de l'aide. Elle trouva parfois des gens assez généreux pour l'héberger quelques temps, mais parfois elle n'en trouva pas. Jusqu'à ces dix ans, elle « survivait ». Et un jour, elle s'est rendue à une Eglise, à Shanghai. Elle priait avec ferveur son Dieu, lorsqu'un prêtre l'approcha. Il lui demanda la signification de toutes ces blessures, et elle lui expliqua dans les grandes lignes son histoire, en ne mentionnant rien de la Congrégation. Pris de pitié pour elle, il lui proposa un petit travail, qui était celui de ranger des livres. Il lui expliqua qu'il était assez dur de retenir tout les titres et auteurs au début, mais qu'elle s'y ferait. Le prêtre fut pourtant bien surpris, en découvrant l'incroyable capacité mémorielle de la jeune enfant. Lui vouant une particulière attention, il lui proposa un autre « job ». Elle ne refusa pas, crédule comme elle était. Elle fut présentée au Saint Ordre des Alkystes, et se vit confier la mission de s'occuper de la Grande Bibliothèque de Shanghai. Adepte des livres, elle n'y vit aucun soucis. »

    Voilà comment notre incompatible se retrouve depuis maintenant cinq ans à maintenir les livres en bon état. Elle y prend coeur, et s'y plaît bien. Elle sait aussi que ces dossiers ont été parcourus, et qu'ils ont conscience qu'elle fut autrefois un sujet d'expérience pour l'Ordre Noir. Mais pour eux, qui utilisaient aussi l'Innocence, cela ne semblait pas être un problème. Elle ne quitte donc jamais le bâtiment.


Hors RPG :

Code : OK by Tasuku

Prénom : Mina ~
Age Quinze ans
Points Positifs du forum : Un peu tout ~
Points Négatifs : Pas assez connu \o/
Comment avez vous connu le forum ?! : Partenariat ~
Avez vous des suggestions à faire pour améliorer le site ?! : Hum, pas vraiment.
Commentaire : Gosh! Deserty, j'ai l'impression de te voir partout en ce moment xD


Dernière édition par Hel Worlmist le Ven 18 Mar - 21:07, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stoney Fox
Admin
avatar

Messages : 256
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Hel, la Fille des Enfers    Lun 14 Mar - 0:07

*Déboule dans la piece et se casse la gueule*

Prems !

A que bienvenue ! Bon,hein, tu connais la chanson. Bienvenue, amuse toi bien et bonne chance pour ta fiche !

Tagazok !

*sortie fracassante*


Parce qu'un akuma aussi génial mérite bien quelques accords ♫


L'equipe administrative décline toute responsabilité en cas de blessures physique ou morale. Merci de votre comprehension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hel, la Fille des Enfers    Ven 18 Mar - 21:41

    Un petit post pour d'abord dire merci, et ensuite pour dire que j'ai fini ~
Revenir en haut Aller en bas
Stoney Fox
Admin
avatar

Messages : 256
Date d'inscription : 03/11/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Hel, la Fille des Enfers    Ven 18 Mar - 22:04

Ta fiche est bien écrite, pas de fautes d'orthogrpahes, les quotas sont largements atteints, et en prime tu nous as fait une jolie mise en page. Dans ces conditions je ne peux donc que te valider !


Parce qu'un akuma aussi génial mérite bien quelques accords ♫


L'equipe administrative décline toute responsabilité en cas de blessures physique ou morale. Merci de votre comprehension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tasuku
Admin
avatar

Messages : 613
Date d'inscription : 12/11/2010
Localisation : A proximité du bain des femmes

MessageSujet: Re: Hel, la Fille des Enfers    Ven 18 Mar - 22:38

Et bien tout est en ordre.
Je te valide^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hel, la Fille des Enfers    

Revenir en haut Aller en bas
 

Hel, la Fille des Enfers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» FINI Coucou c'est moi Evangeline
» [La Fille des Enfers] Présentation
» [Fiche Manga] Jigoku Shōjo ~ La Fille des Enfers.
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Chasse entre mère et fille
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D-Gray Man RPG :: To Know You :: Présentation :: Présentations Abandonnées/Refusées-