Forum RPG dans l'univers de D-Gray Man ! Rejoignez les exorcistes, les akumas ou les noah et venez combattre dans un immense bain de sang !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Dame des flots ~ feat. Azumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ai Nanase
Acteur de la Guerre
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 20/09/2013
Age : 21
Localisation : Devine...

MessageSujet: La Dame des flots ~ feat. Azumi   Mer 23 Oct - 18:09




La nuit est fraîche dans le haut de la France. Elle l'est encore plus en Normandie. Pourquoi ? Peut-être parce que le vent porté par la mer vient de l'océan, ou bien la lande rend la peau aussi fragile que celle des enfants. Les étoiles brillent bien plus qu'à Kyoto et la mer fait plus d'écume qu'à Yokohama. Pas de bateau, juste la mer et ses moutons blancs qui bêlent en se fracassant sur les rochers gris. Là-bas, tout là-bas, presque cachée par les collines vertes et noires, une lumière luit tel un phare fantôme dans cette brume nocturne.
On aurait pu dire que la lumière était proche mais cela faisait bien plus de trois heures que la calèche tanguait comme une barque prise dans un tourbillon. Elle buttait contre les cailloux et les buissons d'épine, branlant en des bruits monstres. A chaque secousse, tu te redresses comme si tu avais entendu le tonnerre et senti le roussi de l'éclair. Tu jettes des coups d’œil apeurés par la petite fenêtre, mais il n'y a rien. Le ciel est clair, luisant de ses multiples yeux argentés.

Les chevaux respirent avec force. On dirait qu'ils vont s'écrouler sur le chemin d'un moment à un autre, à moins que ce soit toi, qui ne connaît rien à ces animaux. Peut-être qu'ils respirent normalement, mais que leurs gros naseaux rendent leur souffle plus puissant ? Ce ne sont pas des étalons, ce sont des chevaux de traits. Ils sont plus forts pour pouvoir traverser la lande. Leurs foulées sont plus puissantes. On dirait qu'ils ne tirent qu'un paquet de paille et quand tu te concentres suffisamment sur leur respiration, tu t’endors presque.

Une roue percute un caillou, secouant avec violence la calèche. Tu pousses un cri de souris. Tu veux rentrer chez toi ! Tu n'en peux plus des moyens de transport ! Tu ne connaissais que la marche à pieds dans ta ville, pas le bateau, pas le train ! Mais les chevaux n'ont pas l'air de se rendre compte de ton mal être et le bruit des sabots se fait toujours aussi régulier.

Une demi-heure passe. Silencieuse, si on enlève les piaffements des chevaux et leurs pas contre le sol sec, le grincement du bois et le bruit du fouet qui claque dans l'air.
Soudain, tout s'arrête. Tu te redresses. Est-ce que le tonnerre aurait bel et bien frappé ? Non. Ton cocher ouvre la porte.

-
J'peux pas 'ller plus loin, mam'zel ! C'est trop 'troit pour les bêtes.

Tu sors, complètement déboussolée. Tu n'as rien compris au charabia de l'homme. Trop rapide, trop mal articulé. Tu t'inclines devant lui et te diriges sur le chemin de terre.

-
Si vous voulez, mam'zel, j'peux vous vendre une des bêtes. Vous avez encore cinq bons lieux à faire. Et... c'est pas contre vous, mais avec vos p'tits petons, vous n'irez pas bien vite ! Je veux bien vous vendre un canasson. Ce sera 25 francs.

Tu dévisages l'homme. Que veut-il dire avec son accent étrange ? Tu ne parles que quelques rudiments d'anglais. Tu comprends qu'il demande de l'argent, sûrement pour la course. Tu sors quelques pièces de ton manteau. L'homme secoue la tête. Pas assez.
Lorsqu'il s'en va avec son équipage, tu restes seule avec un grand cheval sans comprendre pourquoi. Il est noir comme du charbon et robuste comme une souche morte. Tu ne sais pas, bien entendu, que le cocher l'a eu à 3 francs, qu'il est le plus vieux de son écurie, ni que tu lui en as donné 40 pièces.

Tu regardes l'animal dans les yeux. Il fait bien trois têtes de plus que toi et son regard gris a la même teinte que les nuages en hiver. Son souffle chaud te donne la chair de poule. Tu te détournes et avances sur ce lieu nocturne. Le cheval te suit.
Que peux-tu bien faire d'un quadrupède de champs ? Les chevaux sont pour les nobles pas pour les Geisha ! Et ce souffle chaud qui te suit accompagné de ce bruit régulier...

Tu te retournes. Cette brave bête fait bien pitié, avec ces yeux gris et sa grande robe noire.  Un être triste rempli de rêves qui te fait une demande silencieuse. Tu finis par venir à sa rencontre. Ses rennes pendent dans le vide. Tu les saisis et essayent de monter sur son dos nu. Tes jambes sont trop petites et tu retombes sans succès.
Tu fusilles l'animal du regard et continues à pied. Le claquement des sabots reprend dans ton dos.

Combien de temps ? Deux heures, trois, que tu marches sur cette route ? On dit que les nuits sont froides en Normandie mais ni la mer, ni le vent ne peut effacer ce souffle chaud dans ta nuque. Le froid ne te fait plus frémir.
Les lumières sont proches maintenant. Tu avances jusqu'à la grande porte de bois et frappes. Trois petits coups. Le cheval pose sa tête sur ton épaule. Tu bouges un peu pour te dégager. C'est lourd et en plus il risque de salir ton Samue !

On finit pour ouvrir un battant. C'est un homme en métal. Sûrement un soldat ou un garde. Tu lui montres ton insigne sur ta longue cape carmine. Il bredouille quelque chose et te laisse entrer.
Une cour. Un valet attrape les rennes de グランド. Gurando, qui veut dire le Grand. Tu le regardes partir un peu triste. Soudain tu as froid.

On t'emmène dans une salle, puis une autre, puis un escalier, et encore une autre salle. Il y en a tellement. Enfin, tu arrives devant un homme assis dans un large fauteuil. Tu pensais à une pièce remplie d'or et de tableaux. Il y a que des dessins de tissus et des colonnes de pierre.
L'homme est grand. Très grand. Blond aussi avec une barbe toute aussi claire. Il a un regard vert. Et ses habits sont de feutre. De chiens squelettiques sont couchés à ses pieds. L'un s'approche en gémissant avant de revenir près de son maître.

- Soyez la bienvenue Ma Dame. J'espère que le voyage n'a pas été trop pénible. J'imagine que vous êtes déjà au courant de l'affaire qui nous concerne...
- Mon seigneur, une autre dame est à notre porte. Elle est exorciste., déclara un autre homme qui venait de rentrer.
- Hé bien, faites là venir !

Tu as saisi l'essentiel du dialogue mais le mot le plus clair que tu ais entendu est : exorciste






[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azumi Hearts
Exorciste
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 28/08/2013
Age : 18
Localisation : Tokyo - Japon

MessageSujet: Re: La Dame des flots ~ feat. Azumi   Jeu 28 Nov - 23:46

C’était très tôt un matin que je dû me lever de mon lit, la congrégation n’était pas très animé à cette heure-ci. Je préparai mes affaires avant de partir, il faisait froid ce matin-là, je m’en souviens, cela m’avais rendu un peu malade. Ma tenue d’exorciste me plaisait beaucoup mais s’était une robe courte. Mes jambes étaient seulement couvertes avec une paire chaussette noire très haute, elles arrivaient au-dessus de mes genoux. J’ai longuement marché à pieds avant de trouver un moyen de transports, je m’étais plutôt mal organisé et la calèche était assez loin. J’étais épuisé et heureuse d’arriver enfin.
Les chevaux étaient frais, leurs souffles étaient lents et réguliers. Ils étaient nerveux et n’avaient qu’une envie, partir au grand galop. Ils étaient grands, leur robe était d’un noir profond, comme s’ils étaient des chevaux tout droit sorti de l’enfer. Le conducteur parlait une drôle de langue mais je réussi à comprendre l’essentiel de la conversation et monta dans la calèche. Une fois assise et les affaires posé, le conducteur fit partir les chevaux sur un gentil trot calme et posé. Je ne fus pas secoué et agréablement surprise de la fluidité de la route. Enfin, ça ne dura pas bien longtemps, juste le temps que les chevaux échauffèrent leurs énormes muscles puissants.
Ils se mirent à galoper avec puissance, les sabots frappaient violemment le sol. Ils faisaient autant de bruit comme si toute une cavalerie me suivait. Peu à peu, on entendit le souffle des chevaux devenir de plus en plus fort, on aurait crus que les chevaux ne tiendraient jamais toute la route à cette allure-là. Les irrégularités de la route me secouaient sans cesse et me faisaient parfois pousser des cris terriblement aigus. Je trouvai le chemin très long et l’arrêt fut vraiment brutal. Je fus littéralement projeté vers l’avant, heureusement, je m’étais bien rattrapé. Je me relevai puis il me fit descendre en étant aussi galant que lorsqu’il me fit monter. Il m’expliqua clairement que les chevaux étaient épuisés et qu’ils ne pouvaient pas aller plus loin. En effet, ils respiraient vraiment très vite et leurs souffles étaient très puissants. C’est magnifique chevaux avaient une robe très brillante car ils étaient en sueurs. Leur robe était d’un noir très profond, légèrement bleuté. Cet étrange bleu était des reflets. Je dois dire que s’était vraiment très beau. Il me proposa un cheval que j’acceptai avec un grand sourire, il m’en demanda une vingtaine de pièces pour le cheval que je donnai avant qu’il ne parte.
Ce cheval était vraiment plus grand que moi, mais cela ne me dérangeai pas du tout, j’aimai tellement ces grandes et splendides bêtes. Il avait de beaux yeux rouge, magnifique avec sa robe noire même s’il était un peu effrayant. Je le chevauchai avec grand plaisir, il avait des allures très rapides. Un puissant vent glacial me fouettait le visage, cette puissance était sûrement due à la rapidité de ce galop. Je fus rapidement arrivé à destination. Je ralentis l’allure avant de m’arrêter : un bel arrêt au carré juste devant la porte.
Je descendis de son dos avec souplesse puis alla frapper deux ou trois coup à cette grande porte en bois. J’entendis un gens parlé derrière mais je ne compris rien de cette discussion et je sursautai lorsqu’on ouvrit la porte. Une grande personne me fit rentrer, il était très étrange. Je dois avouer qu’il m’effrayer un peut, pour pas changer, n’est-ce pas ? Une autre personne prit mon cheval, je l’avais nommé « Crins d’Ombre » de par la couleur de son pelage et de ses crins, qui étaient d’un noir profond, légèrement bleuté. Je fus plutôt triste de le voir partir. Je suivis cette étrange personne qui m’amena dans une grande pièce où se trouvai déjà deux personnes que je ne connaissais absolument pas mais je me doutais que j’allais bientôt les connaitre. Je m’incline pour saluer les personnes présentes dans cette pièce.

- B-Bonjours, désolé de vous déranger.  J-je suis Azumi, u-une exorciste


Dernière édition par Azumi Hearts le Dim 12 Jan - 16:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lenalee-airi.skyrock.com/
Ai Nanase
Acteur de la Guerre
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 20/09/2013
Age : 21
Localisation : Devine...

MessageSujet: Re: La Dame des flots ~ feat. Azumi   Mar 10 Déc - 15:54




La porte s’ouvre. C’est la troisième fois. Les chiens se redressent sur leurs grandes jambes maigres sentant l’arrivée d’une odeur inconnue. C’est la première fois que tu vois des animaux aussi fins… aussi squelettiques ! Ils ne doivent tenir que par des ficelles tenues au plafond. C’est certain. Ou par une étrange magie que tu ne soupçonnes même pas. Ce sont sûrement des présents du Seigneur Enma. Il doit y avoir d’autres bêtes semblables derrière la porte des Enfers. Des chiens tenus par des ficelles invisibles.

La femelle se rapproche de la personne venant de franchir le seuil de la pièce. Son pas résonne sur les pavés froids. Un pas léger comme une feuille d’automne et timide comme un bourgeon de printemps.

Une exorciste. Tu connais un peu ce genre de personne. Après tout, tu as rencontré une maréchale il y a quelques temps. Avant l’alliance avec les Qwasers. Tu souris de cette manière si spéciale qui a fait trembler les hommes et frémir les femmes. Un sourire de Geïsha triste. Tu ne l’es pas vraiment. On t’a juste appris à étirer tes lèvres de cette manière. Tu fais sensible aussi. Tout le contraire de toi. Coincé dans ta ceinture de tissu, ton éventail semble s’éveiller.
Toi aussi.

La petite fille qui s’avance ne doit pas avoir quinze ans. Peut-être douze ou treize ? Mais tu sais. Tu sais qui elle est. D’où elle vient. Japon. Ton pays d’origine. A-t-elle vu elle aussi le soleil se lever sur la mer quand le bateau l’a emmené loin du mont Fuji ? Avait-elle déjà vu la mer ? Malgré ses cheveux blonds, malgré ses grands yeux, tu sais qu’elle est une des tiennes. Grâce à sa peau blanche comme la neige ou de sa timidité secrète ?
Comment pourrais-tu l’expliquer ?
Coincé dans ta ceinture de tissu, ton innocence gronde doucement. Elle sent celle de l’exorciste.

Tu baisses, insensible, la tête pour saluer la pauvre petite.
L’homme blanc qui vous fait venir se lève et lui demande d’un signe de main de  s’approcher.

- Bonsoir Azumi. Je suis ravi de voir une exorciste et une alkyste entre mes murs pour s’occuper de mon cas ! Je suis trop gâté !, rie-il comme s’il s’agissait de la meilleur plaisanterie du siècle.    

Tu ris poliment en te cachant derrière ta manche ample mais tu n’as pas compris un traître mot. Tu sais juste qu’il faut rire.

- Bon restons sérieux ! –tu te calmes aussitôt- Je sais que vous devez être compétentes mais… vous êtes de femmes. Je ne crois pas que se soit une bonne idée. Je pensais qu’on m’enverrait des hommes… pas une gamine et une mère de famille…

Tu sens le ton déçu. Tu te baisses bas, très bas.

- Pa-ldon, Monsieur. Nous sau-l..ons êtle à l-la hauteu-l. dis-tu avec un fort accent. Tu ne sais pas prononcer les ‘’r’’. Ca viendra. Tu espères.

Tu n’attends pas la réaction de la petite japonaise. L’homme fronce un peu les sourcils avant de rire à nouveau. A nouveau, tu te caches derrière ta manche pour glousser. Les éclats de rire du châtelain retentissent plus fort. On dirait qu’il t’aime bien. A moins que vous fassiez un concours de celui qui rira le plus bruyamment ?
Finalement, il se calme et entreprend de raconter le pourquoi de sa requête.
Tu sais de quoi retourne l’histoire qui vous a poussé vers cette lande normande. Une histoire qui a pris la forme d’une belle jeune femme blanche se traînant à la surface de l’eau. Elle venait parfois sur la plage quand elle apercevait des gens qui l’observaient. Personne ne s’était fait agressé. Tous avaient fui sans se retourner. Juste un adolescent avait osé regarder derrière lui.
Il faudrait que vous l’interrogiez…

La voix de votre hôte te fait reprendre pieds sur terre.

- Il se fait tard pour des jeunes femmes. Vous devriez dormir.  Rassurez-vous je vous offre autant de nuit dont vous avez besoin pour me débarrasser du spectre ! Vincent emmène les dans leur chambre.

Un petit garçon apparaît de derrière un pilier. Il a des cheveux bouclés comme un mouton et un regard gris pétillant. Il vous fait un signe de main pour vous inciter à le suivre. Tu prends congé de ton hôte et sur les pas de Vincent, tu t’engouffres dans les couloirs froids.
Discrètement, tu vois l’exorciste derrière toi.

La porte de bois se referme. Vincent n’a pas arrêté de parler pendant votre trajet. Bavard, tel le petit moineau qu’il est. Il parlait de tout et de rien, du temps de demain, de la marée sur les rochers, de ses rêves de devenir marin. Tu n’as pas remarqué que sa voix était bien mature pour un gamin.  
Il vous a lassez seules après vous avoir souhaité bonne nuit.

Enfin tu te tournes vers Azumi.
- Vous devriez porter quelque chose de plus chaud que ce … petit habit –tu fais un petit mouvement vers la jupe- Le vent est froid en Normandie, dis-tu, toujours souriante, en japonais. Mon nom est Ai Nanase, Azumi.


[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azumi Hearts
Exorciste
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 28/08/2013
Age : 18
Localisation : Tokyo - Japon

MessageSujet: Re: La Dame des flots ~ feat. Azumi   Dim 12 Jan - 16:19

Au moment où je rentrai dans la pièce, je vis ces animaux se lever. Surement des chiens. Ils étaient vraiment très maigres et assez effrayants. On aurait dit comme des chiens qui étaient à la fois mort et vivant. Je frissonne légèrement en y pensant. En voyant cette femelle décharnée s’approcher de moi, toute ma peur ce dissipa étrangement, elle n’avait finalement pas l’air si agressive et dangereuse que ça après tout. Je me retourne et vois une jeune femme, une très belle Geisha, une Alkyste je pense.
Je reconnue rapidement d’où elle venait : Le Japon. Mon tendre pays natal, même si cet endroit est actuellement dévasté par les Akumas et par le clan Noe, je rêve au plus profond de moi d’y retourner. En la voyant, je lui répondis avec un petit sourire, un petit sourire timide et angélique, comme à mes habitudes. Ce sourire qui m’a protégé tant de fois face aux adultes qui avait encore un minimum de cœur pour pouvoir se laisser attendrir par mon sourire si particulier.
Quand je fus face à elle, je m’incline doucement et souplement pour la saluer avec une grande décence. Elle a l’air d’être bien plus âgée que moi, c’est bien-sûr une obligation de ma part de lui porter un tel respect.
En entendant cet homme, cette inconnue nous dire cela, je fis un sourire un peu amusée pour ne pas être mal vu et je baisse la tête. J’étais surtout gênée, gênée d’entendre une remarque aussi déplacé de sa part. Après cette deuxième réflexion, je me mis à énormément rougir et baissa la tête. Seulement au moment où elle s’excusa et où il se remit à rigoler, je relevai la tête.
Je connaissais par cœur l’objet de notre mission, la jeune Geisha a l’air de bien le connaitre aussi. C’est vraiment très étrange, je me demande bien pourquoi cette personne, cette jeune fille blanche apparaît sur les flots. Peut-être parce qu’elle aime se balader sur la plage ? Mais comment pourrait-elle glisser sur la surface de l’eau ? Est-elle morte ou vivante ? C’est vraiment une drôle d’histoire, j’ai vraiment hâte de savoir la raison de tout cela.
Je vis le jeune garçon arrivait exactement en même temps que la jeune Alkyste. Je n’avais jamais vu de tel cheveux, aussi bouclé, ce n’était pas vraiment dans mes goûts mais je ne le montrai pas. Je n’ai pas à donner mon avis sur ce genre de chose, ça ne se fait pas du tout, vous ne pensez pas ? Moi oui. Sur sa demande, je le suivis aux côtés de ma « camarade » disons-nous.
Dieu qu’il était bavard ! Il n’a pas arrêté de tout le trajet. Sa voix résonnait tellement dans ces grands couloirs glacials. Je ne disais rien, je le suivais tout simplement, sagement, sans bruit, comme une petite souris, exactement comme on m’a appris à le faire autrefois. Notre chambre temporaire pour la mission était bien plus grande que toute celle que j’avais connue jusqu’ici. Enfin, normal en même temps, on y dort a deux dans cette chambre. Je me retourne vers la jeune femme qui va m’accompagner durant toute cette mission. Je fus vite mise à l’aise puisque elle parlait dans ma langue natale, en japonais. Et je lui répondis dans la même langue et avec mon grand sourire de parfais petit ange.

- Vous croyez vraiment ?

Je regarde ma tenue grâce à mon reflet sur les vitres de la fenêtre.

- Pourtant, je n’ai pas eu spécialement froid en arrivant ici. J’ai dû arriver au bon moment. Par contre, je n’ai rien pris de plus chaud à part mon manteau d’exorciste et encore, il n’est pas vraiment plus long que ce que je porte actuellement. Mais bon, ce n’est pas si grave. Et excusez mon impolitesse, je suis ravie de vous rencontrer Ai-sama.

Je m’incline pour la saluer à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lenalee-airi.skyrock.com/
Ai Nanase
Acteur de la Guerre
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 20/09/2013
Age : 21
Localisation : Devine...

MessageSujet: Re: La Dame des flots ~ feat. Azumi   Ven 31 Jan - 20:10




Tu regardes en souriant ce petit bout de femme. Pas bien grande, de longs cheveux peu soignés. Une vraie mauvaise herbe. Au Japon, les femmes sont souvent comparées aux fleurs. Il suffit d'un coup d'oeil pour connaître la jolie fleur de cette drôle de demoiselle : le pissenlit. Une plante qui envahit les jardins du monde entier. On a beau l'écraser, elle repousse toujours droite et sauvage. Pourtant, le pissenlit est aussi la fleur du voyage : ses graines s'envolent d'elle-même et chevauchent le vent pour s'enfuir loin de la fleur-mère. Tes lèvres émettent  un petit soupir. C'est une bonne petite...
Tout cela tu l'as vu en détaillant ses jambes nues couvertes de bleus guérissants et ses longs cheveux blancs que tu imagines volant dans les brises tels les petites ombrelles du pissenlit.

Tu vois, tu remarques, tu analyses. Tu conclues. Tu le sais en apprenant à être geisha. Toujours observer pour mieux connaître. Pour mieux plaire.

Elle a dû se battre. Ce n'est pas rare que ce genre de chose se produisent à ton époque. Le temps se fait dur pour les enfants, surtout pour les orphelins et tu sais qu'ils sont nombreux.
La pauvre petite... Tu caresses le bout de ses mèches.

- Tu risques de tomber malade... Peut-être que demain, le vent se calmera.

Tu ne lui en veux pas sa maladresse. Elle te fait un peu penser à toi, quand tu étais jeune. Tu étais marguerite, tu es devenue rose... Charmante et belle en apparence mais dangereuse et piquante pour les autres. Les hommes sont attirés par les roses. Tu ne les piques pas. Tu ne blessent que les autres femmes. Les incompétentes, les sauvages qui ne savent pas être digne des mâles. Sauf cette petite fleur qui fait si perdue.

Tu l'apprécie ce petit pissenlit.
Peut-être qu'un jour, elle pourra voler sur le vent.

Tu te détournes d'elle. Tu as envie de te laver. Dans un coin de la pièce, un baquet d'eau en bois est posé. Le château est trop vieux, ils n'ont pas encore réussi à placer les canalisations dans les murs épais en pierre. A l'autre bout de la pièce, une table où est entassée divers mets. Des fruits et des plats encore tièdes. Ils seront bientôt froids...

- Tu devrais manger. Je vais demander de l'eau pour me laver.

Tu sors de la pièce. Le petit garçon roux est là. Comme s'il savait que tu avais besoin d'aide. Ou qu'il vous espionnez ? Tu lui demandes maladroitement de l'eau chaude. Il réfléchit un instant avant de partir , tantôt en courant, tantôt en bondissant comme un yokai déchaîné. Tu le regardes disparaître au coin d'un couloir mais quand tu ne le vois plus, tu restes écouter le bruit de ses sauts résonnants.

Tu re rentres dans la pièce.

- Quel âge as-tu Azumi ? Tu es bien jeune pour être exorciste. Moi je suis devenue Alkyste il y a peu mais j'ai vingt et un ans. Tu n'as pas peur ?

Tu n'es qu'une enfant, penses-tu. A son âge, tu t’occupais déjà de la maison, des tâches ménagères mais tu n'allais pas l'arme au poing occire des démons.
Mais tu ne regrettes rien. Tu sers à quelque chose ….
Tu attrapes une assiette et te sers en nourriture. Puis tu t'assois à même le sol en position Seiza. Tu manges doucement et lentement comme on te l'a appris. Tu aurais pu être un coquelicot si tu n'avais pas été une Geïsha. Une fleur des champs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azumi Hearts
Exorciste
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 28/08/2013
Age : 18
Localisation : Tokyo - Japon

MessageSujet: Re: La Dame des flots ~ feat. Azumi   Jeu 6 Mar - 0:12

Je ne bouge pas, je me sentais observé. Quand je sentis qu’elle caressé avec douceur la pointe de mes cheveux, je fis un petit sourire angélique en fermant les yeux. Tant de douceur, c’était si rare à mon égard et pourtant, tellement appréciable.

- Tu risques de tomber malade…Peut-être que demain, le vent se calmera

Voici ce que me dit cette belle Geisha. Je baisse sensiblement la tête, gêné de mon erreur. Je n’ai pas l’habitude de voyager ainsi. Où j’ai étais, on ne m’a jamais laissé sortir dehors mais, en même temps, je n’ai pas beaucoup de vêtement non plus. Je ne pense pas voir des vêtements chauds, a part mes tenues d'hivers de servantes que je ne risque pas de porter de sitôt sincèrement.

Je sentis qu’elle s’éloigné de moi alors je relevai la tête pour l’observé. Elle fixé un drôle de bac en bois, surement pour se laver, ce que j’ai fait avant de partir. Elle me regarda et me dit :

-  Tu devrais manger. Je vais demander de l’eau pour me laver.

J’avais bien raison, pour une fois je dois dire. Je regardai par la suite la table. Beaucoup de nourriture, trop à mon goût. Quand je pense à toute les personnes mourant de faim sur cette terre et autant de nourriture sur une seule table, ça me coupé l’appétit. De toute façon, je n’avais pas tellement faim.

Je m’assis sur le lit avec délicatesse et discrétion, aidé par ma légèreté. Je regardais la jeune Geisha quitter la pièce et pu remarquer que le garçon qui nous avait emmené ici était juste derrière la porte. Apparemment, elle tente de lui demander de l’eau chaude. Je ne pense pas que je pourrais mieux le demander qu’elle d’ailleurs. Il a l’air d’avoir compris la demande puis je l’entendis sautiller dans les longs couloirs vides et froids, grâce à l’écho.

Je la vis revenir dans la chambre. La jeune Alkyste me dit :

- Quel âge as-tu Azumi ? Tu es bien jeune pour être exorciste. Moi je suis devenue Alkyste il y a peu mais j’ai vingt et un ans.  Tu n’as pas peur ?

Je souris angéliquement et me leva. Je lui répondis avec ma voix habituelle mais légèrement tremblante à cause de quelques mauvais souvenirs qui me revenaient à l'esprit :

- J’ai 14 ans. Et si, j’ai peur, mais je n’ai pas le droit de me laisser m’envahir par cette peur et de la montrer. Je dois devenir plus forte. Et puis, j'en ai vu d'autre des horreurs et des situations à mourir de peur. Mais aussi, maintenant que je peux le faire, j’ai envie de tous vous protéger et de vous aider. Il n’est pas question qu’il vous arrive quelque chose.

Je m’installe à nouveau sur le lit, confortablement allongé. Je la regardai sagement se servir de la nourriture et manger. J’aime beaucoup observé les autres dans le silence. C'est tellement agréable de les voire comme si il jouait une pièce de théâtre. Une pièce de théâtre très bien joué avec l'air tout à fait naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lenalee-airi.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Dame des flots ~ feat. Azumi   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Dame des flots ~ feat. Azumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» Oscar et la dame Rose
» Notre Dame de Paris
» La fausse dragibus s'en va, voguer sur les flots...
» Nyrlae [Dame protectrice de Daranovar]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D-Gray Man RPG :: RPG : Le Monde :: L'Europe :: France-