Forum RPG dans l'univers de D-Gray Man ! Rejoignez les exorcistes, les akumas ou les noah et venez combattre dans un immense bain de sang !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Paris sous la pluie [pv Minako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Paris sous la pluie [pv Minako]   Ven 29 Juil - 17:26

Non, non, non et encore non, elle ne voulait rien acheter! Road dégagea son bras d'un mouvement sec, foudroyant du regard le marchand de livres qui avait osé la toucher, resserrant sa main poisseuse sur sa veste toute neuve comme si elle avait été sa fille ou n'importe quelle gamine, et embrassant d'un geste de main une foule de livres pour enfants. Mais qu'est-ce qui lui prenait à crier comme ça celui-là ? Il allait la faire repérer! Avisant la silhouette qui quittait la boutique sans se retourner, la jeune fille étouffa un juron. Et voilà que maintenant son jouet lui filait entre les doigts à cause d'un cafard collant! Une lueur terrible et glaciale traversa son regard qui, durant une seconde, prit une surprenante teinte ambrée. Elle serra sa sucette entre ses doigts avec une telle force qu'elle en tordit le bâtonnet. Plantant ses pupilles améthystes dans celles d'un marron fatigué du libraire qui la regardaient d'un air implorant derrière une paire de verres épais, Road lui fit comprendre d'un simple clignement de paupières qu'il avait tout intérêt à la laisser tranquille immédiatement s'il ne voulait pas avoir d'ennuis. Le message passa étonnamment bien et l'homme recula d'un pas comme si elle l'avait frappé, inclinant la tête en bafouillant un « comme vous voudrez mademoiselle » avant de retourner à son bureau, la mine perturbée. L'espace d'une seconde il avait senti comme une présence dans sa tête tandis qu'il se perdait dans la profondeur des pupilles de la jeune fille, drôle de sensation qui avait disparu lorsqu'il avait détourné les yeux. Plongé dans ses réflexions, il n'entendit pas le tintement joyeux de la clochette qui annonçait toutes les entrées et sorties de la boutique, et pour cause, elle n'avait pas sonné. Relevant distraitement les yeux, il resta figé de stupeur. La jeune fille avait disparu. Poussant un profond soupir de lassitude, le pauvre homme retira ses lunettes pour se frotter les yeux, songeant à prendre des vacances au plus vite...

Elle ne l'avait pas tué. Cette constatation lui fit froncer les sourcils tandis qu'elle observait la rue du haut du bâtiment sur lequel elle venait de réapparaître. Depuis quand Road Kamelot faisait-elle preuve de clémence ? Ce grossier individu avait osé la toucher, il aurait dû payer le prix de son affront, et pourtant la Noah n'avait rien fait d'autre que de le menacer, fallait-il comprendre qu'elle devenait clémente ? Cette possibilité la fit pouffer de rire. Non, les vaches seraient devenues violettes bien avant que Road Kamelot change ses principes! Il s'agissait juste d'un moment de flottement, elle avait eu la tête ailleurs, voilà tout. Sans compter qu'un humain de plus ou de moins, ça ne faisait aucune différence, si elle n'avait pas joué avec celui-là, elle jouerait avec le suivant, ce n'était pas les cibles qui manquaient... Et de toute façon elle avait un autre divertissement en tête à l'heure actuelle. Un compagnon de jeu un peu plus coriace -même si ce n'était pas de beaucoup- qui l'amuserait bien plus si elle arrivait à remettre la main dessus. Mais où était-il donc passé ? Fichu libraire... Exaspérée par les précieuses secondes qu'elle venait de perdre, Road mordillait sa sucette en cherchant des yeux sa cible qu'elle pistait depuis trop longtemps pour se laisser semer maintenant. Un homme de grande taille tout vêtu de noir avec des lunettes tout aussi sombre malgré l'absence de soleil, ça ne se perdait pas si facilement tout de même... si ? Poussant un grognement frustré, la jeune fille déploya Relo -qu'elle avait une fois de plus piqué au Prince- au dessus de sa tête pour se protéger de la pluie torrentielle et traça sa route sur l'un des trottoirs peu fréquenté de Paris, prenant une direction au hasard, abandonnant sa chasse d'un haussement d'épaule. Tant pis pour sa partie de chasse furtive, elle trouverait un autre akuma à pourchasser sans qu'il s'en aperçoive mais cette fois-ci elle le tuerait plus vite! Et dire qu'elle s'était lancé dans cette pauvre petite traque pour passer le temps...

Le temps, oui tiens, parlons-en du temps! Road leva la tête vers le ciel assombrit par les nuages grisâtres qui déversait une pluie froide malgré la saison tels de grosses éponges suspendues au-dessus de la ville... Il allait falloir qu'elle se renseigne sur la météo de cette capitale que tous décrivaient comme faisant parti des plus belles villes du monde! Avait-elle une malchance phénoménale ou pleuvait-il véritablement en non-stop à Paris ? La ville lumière, ben voyons... La ville pataugeoire oui ! Mais qu'est-ce qui était passé par la tête du Prince de venir ici ? Deux jours qu'elle visitait la ville et pas une fois elle avait vu le soleil, à ce rythme là elle allait certainement se transformer en grenouille d'ici peu... Mais elle n'avait pas envi de rentrer à la maison. Ni Sheryl ni Tyki n'étaient présents, le premier étant chez le grand oncle d'un cousin éloigné d'elle-ne-savait-trop-qui... ou quelqu'un dans le genre - elle avait complètement oublié- et le deuxième étant parti elle-ne-savait-trop-où... Pour faire court: elle s'ennuyait à mourir dans la grande maison des Kamelot et avait donc décidé de suivre le Prince en espérant qu'elle trouverait quelque chose d'intéressant à faire, le Comte Millénaire lui ayant laissé quartier-libre pour plusieurs jours. A présent, elle devait trouver quelque chose d'intéressant à faire. Elle était en vacances après tout!

Veillant à ce que la rue soit bien déserte et que personne ne la remarque, Road sauta du toit sous les glapissements de terreur de Relo qui se débattit pour la faire atterrir sur le trottoir sans mal, la réprimandant vivement par la suite en agitant sa tête de citrouille dans tous les sens comme s'il était tourmenté par un essaim d'abeilles. La gamine éclata de rire et se mit à chantonner par-dessus sa voix nasillarde pour ne plus l'entendre, sautant à pieds joints dans les flaques d'eau à grand renfort d'éclaboussures, testant l'imperméabilité de ses bottes en caoutchouc qui faisaient de drôles de bruits quand elle marchait.

♪ ♫ Il pleut, il mouille! C'est la fête à qui Relo ? ♫ ♪


Le golem parapluie tout à son sermon ne l'entendit pas et continua, imperturbable:

- ... inconsciente et imaginez que...


Road leva les yeux au ciel et le secoua violemment, contrariée, avant de rétorquer, sa sucette dans la bouche:

- Naaan la grenouille Relo! La grenouille!


Malmené, Relo se mit à brailler à la mort sous les éclats de rire de Road qui trouvait très amusant de placer sa tête de citrouille sous les gouttières pour que les grosses gouttes tombent dans sa bouche grande ouverte qui n'en finissait pas de débiter des avertissements et réprimandes. Heureusement que le golem du Comte était avec elle! Cela faisait au moins une personne avec laquelle elle pouvait s'amuser toute la journée! Tournant au coin de la rue, Road fit taire le parapluie d'un raclement de gorge et continua sa route en trottinant, se mêlant à la foule aux visages fermés tandis que Relo affrontait l'armée de parapluies sombres qui le bousculaient sans ménagement. Cette marche devint bien vite pénible et rappela à Road à quel point elle détestait la race humaine. Tous ces corps qui sentaient le chien mouillé, ces regards hautains qui la regardaient de haut avant de passer leur chemin, ces akumas qui se noyaient dans la masse et qui devaient être bien heureux d'ignorer son identité... Serrant les dents pour ne pas vomir de dégoût, la Noah força l'allure en baissant la tête pour dissimuler le bas de son visage dans le col de son manteau. A force de serpenter entre les costumes et robes encombrantes trempés, le duo original arriva sur l'un des nombreux ponts qui enjambaient la Seine et s'y arrêta. Regardant d'un air morne les bateaux qui tanguaient doucement sur le fleuve en contrebas, Road poussa un soupir à fendre l'âme en mâchonnant le bâtonnet de sa sucrerie qu'elle avait fini en cours de route. Midi n'avait pas encore sonné et déjà la journée s'annonçait des plus déprimante...
Revenir en haut Aller en bas
Minako Nadeshiko
Noah
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 13/04/2011
Age : 24
Localisation : J'en sais rien, parce que je me suis encore perdue là ! xD

MessageSujet: Re: Paris sous la pluie [pv Minako]   Mar 16 Aoû - 5:38

Encore une nouvelle fois. Nous voici, en ce moment même, dans la splendide ville parisienne. À croire que cet endroit semble avoir un certain effet sur notre jeune Noah bleutée. Et par le plus grand des hasards, il n'y avait pas une quelconque mission à accomplir. D'un côté, il y avait l'avantage qu'elle n'avait pas à faire de «corvées» à faire. C'était donc congé, aujourd'hui ! Elle en aurait presque sauté de joie, s'il y avait pas le fait que maintenant... elle n'avait absolument rien à faire ! Ah la la... Jamais contente celle-là. D'habitude, Minako n'aimait pas du tout qu'on lui dise quoi faire, mais de l'autre elle aime pas rester là à rien faire. C'est pas possible de voir ça... Elle sait vraiment pas ce qu'elle veut celle-là. Et c'est ainsi qu'on retrouve maintenant cette dernière en train d'errer tranquillement dans les rues de Paris pluvieuse avec rien à faire de bien intéressant. Et malheureusement, comme presque à chaque fois, elle s'était perdue dans les rues de la ville. Comment faisait-elle pour cela arrive comme ça ? Ça, j'aimerais bien en avoir la réponse moi-même. Observons juste ce qui va se passer, maintenant.

Et pour couronner le tout, il pleuvait à n'en plus finir. Décidément, elle n'avait vraiment pas de chances, aujourd'hui. Soupirant de découragement, elle continua de marcher sans buts et décida de marcher d'un pas lent, mais vraiment lent dans les petites ruelles sales de Paris. Elle n'aimait vraiment pas le contact que l'on pouvait avoir avec certains passants lors de journées pluvieuses. Si en plus de cela, ils étaient tous humains... beurk, se disait-elle, ça rendrait les choses encore plus désagréables encore qu'elles ne l'étaient déjà. Elle s’ennuyait à mourir et ne savait absolument pas quoi faire pour tuer le temps.

Soudain, un vendeur de fleurs lui offrit une fine rose rouge et lui demanda de l'offrir au plus beau jeune homme de la place. Sans même qu'elle eut le temps de dire quoi que se soit, elle sentit les regards plus ou moins inquiétants des hommes qui se trouvait-là.

- P**ain, mais c'est quoi ce fichu de b**del, se demandait-elle à soi-même.

D'abord, elle avait pas du tout envi de faire ce genre de stupidité. Comme si elle avait que ça à faire. Enfin, oui si elle le voulait, mais ce n'était pas du tout le cas. La plupart de ces derniers étaient de vieux nobles complètement dépourvus de charisme. Rien que le fait de regarder les rides sur leur visage lui donnait affreusement mal au cœur, même cela ne se remarquait pas du tout. En plus de ça, certains d'entre eux avaient même essayé de la séduire afin qu'elle choisisse leur ''noble personne''. Devenant légèrement rouge, elle se mit à paniquer sans savoir quoi faire exactement. Elle ne voulait absolument rien savoir de tout ça ! Encore une autre perte de temps quoi ! N'ayant plus d'autres choix, elle improvisa complètement.

- Hey regardez là-bas ! Il y a une femme morte juste là, cria-t-elle en pointant une petite ruelle sombre au hasard.

Une fois la panique faite, elle en profita pour s'échapper et reprendre sa route de déprime totale dans les rues de Paris. Elle l'avait échappé bel, il faut dire. Rien que de se souvenir des ces affreuses rides, elle en frissonnait encore de peur. Heureusement, son ventre vide lui rappela qu'elle commençait à avoir faim. Minako n'avait pas prit le temps de manger, ce matin, se disant qu'elle mangerait plus tard. C'est là qu'elle tombe sur une confiserie qui se trouvait un peu plus loin dans la ruelle où elle était en ce moment-même. Le regard brillant de bonheur, elle se mit à regarder toutes les petites sucreries qui se trouvait devant elle. Par chance, elle avait prit de l'argent avec elle au-cas-où et la jeune bleutée ne se priva pas d'entrer à l'intérieur avant d'en sortir avec un gros sac de bonbons. Sans perdre un instant de plus, elle s'attaqua à son petit trésor sucré tout en reprenant sa route. Route qui la conduisit jusqu'à un pont où elle vit une petite fille l'air morose, sous un parapluie assez voyant. C'est drôle... où avait-elle déjà vu un tel parapluie ? Complètement rose avec une tête de citrouille... Rose et tête de citrouille... Rose et...

Mais bien sûr ! Comment avait-elle put l'oublier ?! C'est le parapluie du Comte Millénaire ! Mais comment a-t-il put... Ah, c'était peut-être la fameuse Road qui chipait parfois le parapluie du Prince. Enfin, si sa mémoire était bonne. Elle s'approcha tout doucement de la petite fille.

- Euh... Salut Road, lui dit-elle, en souriant timidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://togainu-no-chi-rpg.forumactif.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paris sous la pluie [pv Minako]   Dim 21 Aoû - 17:59

Lourd soupire. Il était bien vrai que le temps et l'espace avaient une influence sur l'humeur des humains. La pluie les rendaient maussades, susceptibles. Ils broyaient du noir, enrobés dans leurs manteaux tout aussi sombres et tenant d'une serre crispée les parapluies qui buttaient les uns contre les autres, s'aspergeant entre eux, alimentant leur mauvaise humeur. Alors, sans doute pour éviter la crise de nerf, chacun filait son chemin sans prendre en compte le monde qui les entourait, se contentant d'aller tout droit, toujours tout droit, focalisés sur l'objectif de leur journée. Enfin, n'oubliaient ce qui les entourait que ceux qui arrivaient à se butter suffisamment pour laisser de côté tout les désagréments qu'entraînaient la pluie... L'odeur de l'humidité entre autre imprégnait leurs vêtements et les relents de moisissures et d'égouts que l'on oubliait plutôt facilement par temps sec, se rappelaient joyeusement à eux en leur empoignant la gorge et en fusillant leurs narines. Oui, pour ignorer ce genre de détail, il fallait vraiment se comporter comme un mouton et se déplacer dans la masse sans penser à rien. Road fronça le nez en secouant la tête. Le loup avait l'odorat radicalement plus sensible que le bétail, et pour elle, cette puanteur était à la limite du supportable.

Splach! Road esquissa un sourire ironique en entendant un cri d'indignation dans son dos. Une petite bourgeoise s'évertuait à réprimander son bambin qui venait de trébucher et s'étaler sur les pavés boueux, réduisant à néant les efforts de sa mère à le rendre présentable pour rendre visite à son oncle. Glissant un petit coup d'oeil par dessus son épaule, la Noah avisa l'enfant trempé qui frétillait comme un poisson hors de l'eau pour tenter d'esquiver le mouchoir qui l'essuyait de la tête aux pieds sans ménagement. Il ne s'était pas loupé, sa veste était vraiment toute crottée. Lasse des jérémiades de la femme qui glapissait d'une voix des plus agaçantes, elle se replongea dans la contemplation des eaux sales en contre-bas qui se tachaient par endroits de tourbillons maronâtres. La pluie entraînait des remontées de boue... absolument charmant... Fermant les yeux, Road soupira à nouveau. Il allait falloir qu'elle songe à rapporter Relo au Comte, sans quoi elle se ferait sûrement gronder... D'ailleurs le parapluie était bien calme depuis quelques minutes, s'était-il assoupi ?

- Hé Relo! Ne me laisse pas m'ennuyer toute seule!


Le secouant violemment, Road assomma par mégarde le clochard qui s'apprêtait à lui faire discrètement les poches. Surprise, elle se retourna brusquement en entendant ses jurons, une lueur de vague intérêt dans ses pupilles améthystes. Tiens, elle ne l'avait même pas calculé celui-la... Avisant la main qui frottait sa tête endolorie, puis celle qui était toujours tendue vers son manteau de pluie, la Noah haussa froidement un sourcil avant de soupirer. Méthodique et résignée, elle referma Relo sans prendre garde aux injures du voleur à son égard, puis elle le secoua doucement pour en retirer quelques gouttes , histoire de laisser sa future victime s'échauffer encore un peu, avant de le regarder en inclinant la tête sur le côté, souriant simplement. Face à son absence de réaction, l'homme parut déstabilisé un instant. L'instant d'un éclat dans le regard sombre d'une jeune fille qui l'espace d'une demi seconde, ne parut plus aussi jeune. Les mots se bousculèrent dans la bouche de l'individu qui se mit à bredouiller, mais il n'eut pas le temps d'en faire plus car déjà un coup de parapluie aussi dur qu'une barre de fer s'abattait sur son crâne avec force, l'assommant pour de bon cette fois. Le corps s'effondra sur les pavés, la tête déjà endolorie buttant contre le rebord de pierre du pont. Décidément, il avait tout gagné aujourd'hui...

Incapable de retenir un éclat de rire, Road redéploya joyeusement Relo, ignorant royalement le corps étendu à ses pieds et les regards en biais que lui lançaient quelques passants qui, visiblement, n'avait pas l'habitude de voir une gamine mettre KO un homme adulte en un coup. Néanmoins malgré l'étrangeté de la scène, aucun ne s'arrêta, jugeant sans doute qu'un homme à terre ne méritait pas qu'ils lui consacrent une partie de leur temps si précieux, car après une seconde de flottement chacun reprit sa route comme si de rien était, repartant pour leur petit train-train quotidien comme des fourmis poursuivant leur mission coûte que coûte. On disait que ce qui faisait la force des humains, c'était leur unité, ils faisant tous parti du troupeau appelé Humanité, tous solidaires soit-disant... Il fallait croire que l'âge des hommes allait déclinant, et que la devise de ce pays chutait avec lui. « Fraternité » mon oeil, aucun ne s'était arrêté pour porter secours au clochard. Peut-être était-ce la condition sociale qui faisait la différence... Et le fait qu'il était couvert de boue maintenant, personne n'avait très envi de salir ses vêtements en lui portant secours... Minable. C'était le temps et l'argent, et non le coeur qui guidait cette race... Ce n'était pas étonnant qu'ils soient si aisé de les manipuler, quiconque ayant à minimum de lucidité et de pouvoir pouvait obtenir ce qu'il voulait de ces pions, le monde était un échiquier, et pour le moment, c'était le Comte Millénaire qui tirait les ficelles dans l'ombre... A présent restait à savoir si la congrégation et le spectre du quatorzième qui revenait torturer l'esprit du Prince pouvaient représenter un adversaire suffisamment redoutable pour faire face à ses ambitions... et ses multiples atouts. La Noah esquissa un sourire, le regard perdu dans ses pensées, son visage portant une expression qui la vieillissait beaucoup... Il n'y avait rien de tel que la famille...

Un gémissement la tira brusquement de ses pensées. Elle venait d'écraser les doigts du voleur qui se tortillait de douleur, encore engourdi par le choc. Cela provoqua un nouvel éclat de rire de la part de Road qui entreprit de s'essuyer soigneusement les pieds la veste du malheureux. Les humains étaient tellement pathétiques.

Le golem du Comte de son côté ne semblait pas, mais alors pas du tout partager l'hilarité de Road. Il gémissait piteusement en retenant de grosses larmes sans doute de frustration, se sachant dans l'impossibilité d'exprimer son indignation en présence de la foule face aux agissements et mauvais traitements que lui infligeait la jeune fille sans le moindre état d'âme. Il n'était qu'une victime! Pauvre, pauvre Relo qu'il était... Il s'en plaindrait au Prince, ça pour sûr, il se plaindrait! Et il y aurait une justice, non de non !

- Euh... Salut Road.


L'interpelée releva la tête, le visage barré d'un immense sourire. Une jeune femme d'une tête puis grande qu'elle s'avançait timidement dans sa direction. Elle n'avait pas souvenir de lui avoir déjà adressé la parole, mais sa chevelure bleuté lui disait bien quelque chose, elles avaient dû se croiser rapidement au repaire des Noahs, sans que l'on puisse véritablement parler de « rencontre ». Ses pupilles d'améthyste plongèrent dans l'océan de ses yeux, la dévisageant de l'intérieur. Une poignée de secondes passa, puis Road cligna des paupières sans cesser de sourire, lui adressant un petit signe de main en agitant Relo:

- Bonjour Minako, c'est un plaisir de te rencontrer. Que viens-tu faire à Paris ? Le Prince t'as confié une mission ? Je peux t'aider ? On s'ennuit ici et j'ai faim...


La jeune fille s'approcha de la Noah du désespoir en piétinant au passage l'homme à terre qui tentait tout juste de se redresser sur les coudes, lui remettant la tête dans la boue. Souriant toujours, elle allait lui prendre la main pour l'emmener dans un endroit plus tranquille, quand soudain son expression se durcit tandis qu'elle avisait une silhouette sombre à l'entrée du pont. Elle ne voyait pas ses yeux sous sa gavroche enfoncée sur sa tête, néanmoins elle savait qu'ils regardaient dans leur direction. Il y avait un autre homme du même genre de l'autre côté du pont, et un troisième un peu plus en aval qui faisait mine de lire le journal, adossé contre une gouttière. Reprenant une expression sereine, Road acheva son geste en refermant doucement ses doigts sur la main de Minako, puis elle se retourna pour l'entraîner avec elle en annonçant d'une voix enfantine:

- Viens, on va se trouver un endroit au sec! La pluie fait trop de bruit!


Trottinant joyeusement sur les pavés en provoquant de petites gerbes d'éclaboussures, Road fixait du coin de l'oeil la silhouette à la gavroche qui venait de bouger. Un immense sourire sadique assombrit ses traits tout en illuminant ses yeux...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paris sous la pluie [pv Minako]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Paris sous la pluie [pv Minako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Voir Nice Sous la Pluie
» [Libre] Sous la pluie et le vent.
» Une balade sous la pluie
» Sur le sol, sous la pluie... ♪ [PV Yasushi]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D-Gray Man RPG :: RPG : Le Monde :: L'Europe :: France-